mercredi 10 octobre 2007

Le poids du nouveau-ne lie a celui de la mere avant la grossesse

Durant la grossesse, la prise de poids est habituellement très surveillée par les femmes enceintes et leur médecin. Pour prévenir le risque d'un accouchement difficile lié à un bébé trop gros ou, à l'inverse, un retard de croissance intra-utérin et l'arrivée d'un bébé chétif, la règle des 10 kilos est traditionnellement retenue. "Que la future mère prenne 2 ou 12 kilos (hors poids du bébé) influence très peu le poids à la naissance", constate l'épidémiologiste Marie-Aline Charles. Tel est l'un des premiers résultats issus de l'enquête Eden (enquête diagnostique et épidémiologique nationale) sur les déterminants pré et postnatals du développement et de la santé de l'enfant rendue publique mardi 9 octobre. Menée conjointement par quatre unités de l'Inserm et deux équipes médicales des maternités de Poitiers et de Nancy, cette vaste étude suit depuis 2003 une cohorte de 2 000 mères dès leur premier mois de grossesse ainsi que leurs enfants jusqu'à l'âge de 5 ans. "Il est frappant de constater que le poids du bébé à la naissance est avant tout lié à la corpulence de la mère (son indice de masse corporelle) avant la grossesse bien plus qu'à ce qui se passe pendant la gestation", explique le docteur Charles, coordonnatrice de l'étude Eden. Or, le poids des mères a beaucoup augmenté : en 1995, 14 % des femmes pesaient au moins 70 kg avant leur grossesse, contre 21 % en 2003. Ce surpoids est à l'origine de complications pendant la grossesse : risque de diabète gestationnel, d'hypertension artérielle et taux de césarienne plus élevé. Entraînerait-il, de surcroît, un risque d'obésité chez l'enfant ? "Nous craignons que la modification de l'état nutritionnel de la population influence la croissance et la santé des générations futures", souligne le docteur Charles. Bref, que l'on soit dans un cercle vicieux de l'obésité, et ce même si, pendant la grossesse, les femmes ne prennent pas trop de kilos. En attendant que les prochains résultats d'Eden viennent infirmer ou confirmer cette forte crainte, les responsables de l'étude recommandent que les jeunes femmes en âge de procréer soient une cible privilégiée de "prévention nutritionnelle". AFP Réagir sue le forum bébé