dimanche 30 décembre 2007

Grossesse: les rapports sexuels ne déclenchent pas l'accouchement

Les rapport sexuels pendant la grosses, risques ?

Selon une étude, faire l'amour n'augmenterait pas les chances de provoquer l'accouchement... 

Depuis que l'humanité existe, on estime que le fait d'avoir des rapports sexuels peut déclencher le travail chez les femmes enceintes. Or, d'après une étude malaisienne publiée dans la revue Obstetrics and Gynecology, faire l'amour n'augmenterait pas la probabilité de provoquer l'accouchement. L'étude a été réalisée par le Dr. Peng Chiong auprès de 210 femmes en Malaisie, dont 108 ont été encouragées à avoir des rapports sexuels en fin de grossesse, et 102 n'ont pas eu de consigne particulière. En fin de grossesse, les couples n'osent pas faire l'amour pensant que cette activité pourrait déclencher le travail. S'abstenir pendant quelques semaines avant l'accouchement fait partie des conseils traditionnels; mais à tort, selon une étude récente.

Une étude contre la sagesse populaire 
Les rapports sexuels chez la femme enceinte arrivée à terme ont toujours été considérés comme susceptibles de déclencher le travail et donc d’avancer le moment de l’accouchement spontané. Cette croyance est-elle justifiée? Une étude scientifique sur le sujet le dément. Pourtant, les explications potentielles étaient nombreuses. En effet, on aurait pu penser que l’acte sexuel bouleverse momentanément l’équilibre hormonal; que la stimulation des seins provoque la sécrétion d’une hormone naturellement produite lors de l’accouchement et favorisant les contractions utérines; ou encore que l’orgasme initie le début des contractions.

Incitées à plus de rapports
Plus de 200 femmes à terme ont été suivies jusqu’à l’accouchement. La moitié d’entre elles ont été incitées à avoir des rapports sexuels pour hâter l'accouchement, les autres n’ayant eu aucun conseil particulier à ce sujet. Toutes devaient noter sur un calendrier la fréquence de leurs rapports sexuels. Les accouchements prématurés n'étaient pas les seuls événements à être contrôlés: l'utilisation de médicaments ou de l'épidurale pendant l'accouchement étaient eux aussi évalués. A l’approche de l’accouchement, les rapports sexuels ont effectivement été plus nombreux dans le premier groupe (60% contre 40%). Mais il n'y a pas eu de différence significative dans les accouchements spontanés, ni d'ailleurs dans les autres facteurs étudiés, entre les groupes ayant eu plus de rapports que chez les autres. Avec la menace grandissante de la prématurité, cette constatation peut rassurer certaines femmes. Même si d'autres preuves doivent être apportées pour confirmer définitivement le résultat: une seule étude ne suffit pas.

Une précaution qui ne semble pas justifiée… 
En conclusion, la recommandation qui déconseille de faire l’amour pendant les 4 à 6 semaines précédant la date d’accouchement, ne serait qu’une simple mesure de précaution peu justifiée. Reste que les rapports, même existants, doivent êtr délicats. Les efforts violents restent déconseillés, ainsi que les positions acrobatiques. Le conseil principal, une fois de plus, sera "écoutez-vous"…

Sources: e-sante.be Peng Chiong T., Obstetrics & Gynecology

samedi 29 décembre 2007

Psycho: tenir ses bonnes resolutions

Arrêter de fumer, perdre quelques kilos, passer plus de temps avec les enfants, ... tout le monde prend de bonnes résolutions à l'aube de la nouvelle année. Mais une fois passée l'euphorie des fêtes, ces engagements pleins de bonne volonté se dégonflent souvent tout seuls. Un professeur britannique a constaté que seule une bonne résolution sur dix est encore suivie douze mois plus tard. Pas de panique cependant: l'homme distille quelques conseils pratiques pour faire mieux cette année. Richard Wiseman, professeur à l'université d'Hertfordshire, a observé l'an dernier plus de 3.000 personnes qui avaient pris, début 2007, une bonne résolution, annoncent les journaux britanniques vendredi. Plus de la moitié d'entre elles étaient confiantes dans le fait qu'elles tiendraient leur bonne résolution, mais un an plus tard, seules 12 pc d'entre elles y étaient effectivement parvenues. Le plus difficile: arrêter de fumer. Plus de trois quarts des cobayes ont allumé une cigarette après la nouvelle année. Même constat pour la consommation d'alcool: 75% ont repris leurs habitudes à peine les derniers feux d'artifice tirés. Seules les résolutions concernant le corps -plus mince ou plus sain- ont été un peu mieux suivies: respectivement 28 et 29% des personnes ont tenu parole. Toutes les bonnes résolutions sont-elles donc vouées à l'échec? Non. Sur base de son étude, le professeur Wiseman donne quelques tuyaux qui augmentent les chances de réussite. Premièrement, il ne faut choisir qu'une seule bonne résolution, et ne pas attendre le Nouvel an pour la déterminer. Au contraire, il faut déjà imaginer comment on la mettra en pratique et se préparer mentalement à tous les efforts et inconvénients. Richard Wiseman conseille d'opter pour des ambitions intimes. Si on rêve au plus profond de soi-même de devenir un musicien virtuose ou un écrivain respecté, il faut profiter de la nouvelle année pour prendre le taureau par les cornes et pour faire un plan d'action concret. Le professeur a également puisé dans son étude des conseils spécifiques pour les hommes et les femmes. Les hommes doivent ainsi définir des objectifs précis. Il ne faut donc pas dire: "l'an prochain, je trouve un nouvel emploi", mais "je vais écrire au minimum deux lettres de candidature". Le professeur a constaté que des objectifs chiffrés augmentaient de 22% les chances de succès pour les hommes. Les femmes, par contre, ont tout intérêt à mettre autant de personnes que possible au courant de leurs (bonnes) intentions. L'étude a en effet révélé au professeur Wiseman que le contrôle social augmente de 10% les chances de réussite chez les femmes. Réagir sur le forum bébé

mercredi 19 décembre 2007

Le guide Nutrition pendant et apres la grossesse

Retrouvez dans ce guide toutes les informations et les conseils simples à suivre au quotidien dès l’arrêt de la contraception, puis lorsque vous êtes enceinte, et enfin pendant que vous allaitez.Réalisé dans le cadre du Programme National Nutrition Santé, ce guide vous informe sur l’ensemble des questions liées à la nutrition pendant la grossesse : besoins nutritionnels, hygiène de vie, activité physique, allaitement, allergies, nausées…vous y trouverez toutes les réponses à vos questions. Télécharger le guide au format pdf (1,8 Mo)
Plus d'info sur http://www.mangerbouger.fr/