dimanche 30 décembre 2007

Grossesse: les rapports sexuels ne déclenchent pas l'accouchement

Les rapport sexuels pendant la grosses, risques ?

Selon une étude, faire l'amour n'augmenterait pas les chances de provoquer l'accouchement... 

Depuis que l'humanité existe, on estime que le fait d'avoir des rapports sexuels peut déclencher le travail chez les femmes enceintes. Or, d'après une étude malaisienne publiée dans la revue Obstetrics and Gynecology, faire l'amour n'augmenterait pas la probabilité de provoquer l'accouchement. L'étude a été réalisée par le Dr. Peng Chiong auprès de 210 femmes en Malaisie, dont 108 ont été encouragées à avoir des rapports sexuels en fin de grossesse, et 102 n'ont pas eu de consigne particulière. En fin de grossesse, les couples n'osent pas faire l'amour pensant que cette activité pourrait déclencher le travail. S'abstenir pendant quelques semaines avant l'accouchement fait partie des conseils traditionnels; mais à tort, selon une étude récente.

Une étude contre la sagesse populaire 
Les rapports sexuels chez la femme enceinte arrivée à terme ont toujours été considérés comme susceptibles de déclencher le travail et donc d’avancer le moment de l’accouchement spontané. Cette croyance est-elle justifiée? Une étude scientifique sur le sujet le dément. Pourtant, les explications potentielles étaient nombreuses. En effet, on aurait pu penser que l’acte sexuel bouleverse momentanément l’équilibre hormonal; que la stimulation des seins provoque la sécrétion d’une hormone naturellement produite lors de l’accouchement et favorisant les contractions utérines; ou encore que l’orgasme initie le début des contractions.

Incitées à plus de rapports
Plus de 200 femmes à terme ont été suivies jusqu’à l’accouchement. La moitié d’entre elles ont été incitées à avoir des rapports sexuels pour hâter l'accouchement, les autres n’ayant eu aucun conseil particulier à ce sujet. Toutes devaient noter sur un calendrier la fréquence de leurs rapports sexuels. Les accouchements prématurés n'étaient pas les seuls événements à être contrôlés: l'utilisation de médicaments ou de l'épidurale pendant l'accouchement étaient eux aussi évalués. A l’approche de l’accouchement, les rapports sexuels ont effectivement été plus nombreux dans le premier groupe (60% contre 40%). Mais il n'y a pas eu de différence significative dans les accouchements spontanés, ni d'ailleurs dans les autres facteurs étudiés, entre les groupes ayant eu plus de rapports que chez les autres. Avec la menace grandissante de la prématurité, cette constatation peut rassurer certaines femmes. Même si d'autres preuves doivent être apportées pour confirmer définitivement le résultat: une seule étude ne suffit pas.

Une précaution qui ne semble pas justifiée… 
En conclusion, la recommandation qui déconseille de faire l’amour pendant les 4 à 6 semaines précédant la date d’accouchement, ne serait qu’une simple mesure de précaution peu justifiée. Reste que les rapports, même existants, doivent êtr délicats. Les efforts violents restent déconseillés, ainsi que les positions acrobatiques. Le conseil principal, une fois de plus, sera "écoutez-vous"…

Sources: e-sante.be Peng Chiong T., Obstetrics & Gynecology