samedi 29 décembre 2007

Psycho: tenir ses bonnes resolutions

Arrêter de fumer, perdre quelques kilos, passer plus de temps avec les enfants, ... tout le monde prend de bonnes résolutions à l'aube de la nouvelle année. Mais une fois passée l'euphorie des fêtes, ces engagements pleins de bonne volonté se dégonflent souvent tout seuls. Un professeur britannique a constaté que seule une bonne résolution sur dix est encore suivie douze mois plus tard. Pas de panique cependant: l'homme distille quelques conseils pratiques pour faire mieux cette année. Richard Wiseman, professeur à l'université d'Hertfordshire, a observé l'an dernier plus de 3.000 personnes qui avaient pris, début 2007, une bonne résolution, annoncent les journaux britanniques vendredi. Plus de la moitié d'entre elles étaient confiantes dans le fait qu'elles tiendraient leur bonne résolution, mais un an plus tard, seules 12 pc d'entre elles y étaient effectivement parvenues. Le plus difficile: arrêter de fumer. Plus de trois quarts des cobayes ont allumé une cigarette après la nouvelle année. Même constat pour la consommation d'alcool: 75% ont repris leurs habitudes à peine les derniers feux d'artifice tirés. Seules les résolutions concernant le corps -plus mince ou plus sain- ont été un peu mieux suivies: respectivement 28 et 29% des personnes ont tenu parole. Toutes les bonnes résolutions sont-elles donc vouées à l'échec? Non. Sur base de son étude, le professeur Wiseman donne quelques tuyaux qui augmentent les chances de réussite. Premièrement, il ne faut choisir qu'une seule bonne résolution, et ne pas attendre le Nouvel an pour la déterminer. Au contraire, il faut déjà imaginer comment on la mettra en pratique et se préparer mentalement à tous les efforts et inconvénients. Richard Wiseman conseille d'opter pour des ambitions intimes. Si on rêve au plus profond de soi-même de devenir un musicien virtuose ou un écrivain respecté, il faut profiter de la nouvelle année pour prendre le taureau par les cornes et pour faire un plan d'action concret. Le professeur a également puisé dans son étude des conseils spécifiques pour les hommes et les femmes. Les hommes doivent ainsi définir des objectifs précis. Il ne faut donc pas dire: "l'an prochain, je trouve un nouvel emploi", mais "je vais écrire au minimum deux lettres de candidature". Le professeur a constaté que des objectifs chiffrés augmentaient de 22% les chances de succès pour les hommes. Les femmes, par contre, ont tout intérêt à mettre autant de personnes que possible au courant de leurs (bonnes) intentions. L'étude a en effet révélé au professeur Wiseman que le contrôle social augmente de 10% les chances de réussite chez les femmes. Réagir sur le forum bébé