mardi 30 décembre 2008

Facebook : polémique sur l'allaitement

Hey, Facebook, breastfeeding is not obscene Le site de socialisation Facebook est en butte aux critiques d'internautes qui lui reprochent d'avoir retiré de ses pages des photos d'allaitement de peur qu'elles ne soient jugées trop osées. Un forum s'est constitué, intitulé "Hé, Facebook, ce n'est pas obscène d'allaiter!" ("Hey, Facebook, breastfeeding is not obscene! "), et qui réunissait déjà 85.000 utilisateurs. Une poigné de mères avaient aussi organisé samedi un allaitement en public devant le siège californien de Facebook, selon le journal local Palo Alto Daily News, tandis que plus de 11.000 personnes participaient à une "manifestation virtuelle", baptisée Campagne internationale des mères pour la lactation. Facebook de son côté assure ne pas interdire les photos d'allaitement mais poser une limite définissant la proportion d'un sein qui peut être exposée sur le site. "Des photos montrant un sein pleinement exposé - défini comme montrant le téton ou l'aréole - vont à l'encontre de nos règles et peuvent être retirées", a expliqué dans un communiqué un porte-parole de Facebook, Barry Schnitt. M. Schnitt assure ainsi que "la grande majorité" des photos d'allaitement sont postées sans problème sur le site. Il est également "d'accord pour dire que l'allaitement est une chose belle et naturelle, et nous sommes très heureux que des mères le jugent si important qu'elles le fassent partager sur Facebook". Il assure enfin que "les photos sur lesquelles nous intervenons sont presque toutes signalées par d'autres utilisateurs qui s'en plaignent". "Nous nous demandons bien ce qu'il y a d'obscène dans l'allaitement d'un bébé", font valoir de leur côté les organisateurs du forum, "surtout par comparaison avec BEAUCOUP de photos qu'on voit partout sur Facebook qui sont vraiment obscènes", ajoutent-ils. AFP

mercredi 24 décembre 2008

Elle donne naissance a son 18e enfant !

Laa famille de Michelle Duggar en 2007, déjà 17 enfants Michelle Duggar donne naissance à son 18e enfant; Cette Américaine de 42 ans a accouché par césarienne dans un hôpital de l'Arkansas. Elle élève avec son mari l'une des plus grandes familles américaines. Michelle Duggar, 42 ans, enceinte pour la dix-huitième fois de sa vie, a accouché hier d'une petite fille, Jordyn-Grace, selon le San Francisco Chronicle. « L'ultime cadeau de Noël de la part de Dieu», selon Jim Bob, son mari. Les Duggar ont maintenant 10 garçons et 8 filles. Le couple avait déjà son émission hebdomadaire, sur la chaîne câblée TLC, appelée «Seventeen and Counting». Chris Finnegan, chargé des relations publiques de la famille, a déclaré que le nom du show serait mis à jour en conséquence. Une émission spéciale pour l'arrivée du bébé sera diffusée lundi. Michelle Duggar aura été enceinte plus de 11 ans dans sa vie, avec environ une grossesse tous les 18 mois. « Toute notre famille est excitée par l'arrivée de Jordyn. Elle est parfaite» a précisé la maman. L'enfant le plus âgé du couple, Joshua, a 20 ans. Jana a 18 ans ; John-David, 18 ; Jill, 17; Jessa, 16; Jinger, 14; Joseph, 13; Josiah, 12; Joy-Anna, 11; Jeremiah, 9; Jedidiah, 9; Jason, 8; James, 7; Justin, 6; Jackson, 4; Johannah, 3; et Jennifer, 1 an. Tous ont un prénom qui commence par la lettre J. Plus d'info sur leur site: duggarfamily.com

jeudi 11 décembre 2008

Grossesse: Plus de 20% des naissances par césarienne

Photo de femme enceinte pour illustrer naissances par cesarienne Selon une étude récente de la Fédération Hospitalière de France (FHF), trop de césariennes ont lieu en France. 20,1 % des naissances ont eu lieu par césarienne en 2007, contre 10,9 % seulement en 1981. De plus, la FHF s'étonne des différences constatées entre les établissements et pose l'hypothèse de la césarienne utilisée comme facteur d'organisation des naissances, en particulier dans le privé. L'étude de la FHF (fédération regroupant les hôpitaux publics français) met en évidence des écarts surprenants entre les établissements, le taux de césariennes variant de 9 % à plus de 43 % (taux constaté dans une clinique du 16ème arrondissement de Paris). Ces taux très élevés ne peuvent être expliqués par le risque de complications obstétricales, cette étude ne portant que sur les 559 maternités qui ne prennent en charge que les grossesses les moins à risque (maternités dites de niveau I). De plus, la concentration récente des maternités (fermeture des petites unités) avec une orientation des grossesses à risque vers les maternités de niveau II et III aurait dû faire baisser ce taux. L'explication est donc ailleurs. Comme le rappelle la FHF, si la pratique de la césarienne répond toujours majoritairement à des nécessités médicales (présentation compliquée par le siège, hématome rétro-placentaire, etc.), l'augmentation de son utilisation, en particulier dans les cliniques privées à but lucratif, ne peut que s'expliquer par un usage non médicalement justifié de cette intervention : programmation de l'accouchement à une date précise pour convenance, manque de compétences disponibles en termes de permanence des soins (petites maternités), optimisation des coûts de production (majorée par la tarification à l'activité). Il est possible cependant qu'en dehors du désir des patientes de tout programmer, cette augmentation soit également le reflet de l'évolution de la population, comme le souligne le Pr Sagot, du CHU de Dijon. En effet, les femmes enceintes sont plus âgées qu'auparavant et il y a davantage de grossesses multiples, particulièrement à risques. Le Pr Sagot souligne également "la crainte médico-légale [peur d'un procès] pour les médecins et sage-femmes", crainte majorée selon lui par l'absence de formation suffisante sur l'évolution des pratiques professionnelles. Suite à la publication de cette étude, le Ministère de la Santé a annoncé lundi 8 décembre le renforcement du contrôle de la pertinence médicale des prescriptions de césarienne dans les maternités, avec en particulier une "mise sous entente préalable" pour les maternités présentant un taux trop élevé. Source : Etude sur les césariennes - Fédération hospitalière de France - 7 décembre 2008

mardi 2 décembre 2008

Leurs bébés ont été échangés à la naissance

Deux bébés substitués à la naissance : une mère saisit la justice Lundi, Sophie Serrano, mère de trois enfants, porte plainte : elle a découvert il y a quatre ans que sa fille de 14 ans n'était pas son enfant biologique. Le nourrisson avait été échangé à la naissance avec un autre bébé en 1994 dans une maternité de Cannes. Elle demande aujourd'hui réparation aux anciens propriétaires de l'établissement bien que d'un point de vue strictement judiciaire, l'affaire soit close, le délai de prescription étant dépassé. La jeune femme de 32 ans a expliqué à la presse ce week-end "ne pas faire cela pour de l'argent" mais a dit avoir "besoin qu'on [lui] rende justice". L'histoire a débuté le 4 juillet 1994, lorsque Sophie Serrano a accouché de son premier enfant. La fillette souffre d'une jaunisse. Très vite, elle est séparée de sa mère et traitée durant près d'une semaine par des séances d'ultraviolets. Lorsque la petite retrouve sa maman, cette dernière affirme avoir "du mal à la reconnaître". "J'ai vu qu'elle avait plus de cheveux, je l'ai signalé et on m'a expliqué que c'était l'effet des UV. On m'a donné une explication qui m'a rassurée, je faisais confiance à l'équipe médicale", raconte Sophie Serrano. Les années passent, et la peau de l'enfant devient plus mate. La mère attribue dans un premier temps ce phénomène à ses propres origines espagnoles... Mais le compagnon de la jeune femme émet des doutes sur sa paternité, et obtient de la justice un test ADN. Les résultats montreront qu'il n'est pas le père de la fillette. Mais également que la mère de l'enfant n'est pas non plus sa mère biologique. Sophie Serrano a depuis tenté en vain de nouer des liens avec sa fille biologique. "On a fait connaissance, mais des différences nous séparent", dit-elle avant de reconnaître que cette affaire a en revanche "renforcé ses liens avec la fille qu'elle a élevée depuis 14 ans". Sources: tf1.fr et lepoint.fr

Les bébés nés par césarienne ont davantage d'asthme

Les bébés et la césarienne sur le blog bébé Les enfants nés par césarienne auraient davantage de risque d'avoir de l'asthme que ceux nés par voie vaginale, selon une étude néerlandaise sur près de 3.000 enfants, publiée mardi dans la revue spécialisée Thorax. Asthme et industrialisation Le nombre d'enfants souffrant d'asthme a augmenté considérablement ces dernières décennies, principalement dans les pays industrialisés. Parallèlement, la proportion d'accouchements par césarienne a progressé dans la plupart des pays développés, passant de 5% dans les années 1970 à plus de 30% en 2000 dans certaines régions du monde. Le Dr Caroline Roduit (Institut néerlandais de la santé et de l'environnement) et ses collègues ont suivi pendant 8 ans 2.917 enfants nés entre mai 1996 et décembre 1997 aux Pays-Bas. 247 (8,5%) étaient nés par césarienne. Les Pays-Bas ont un taux de naissances par césarienne faible par rapport aux autres pays occidentaux. L'impact de la césarienne et des prédispositions allergiques Sur la totalité de la population étudiée, 12,4% des enfants avaient de l'asthme à l'âge de huit ans. Les chercheurs ont montré que les enfants nés par césarienne avaient un risque accru d'avoir de l'asthme, ce risque étant plus affirmé chez ceux dont les parents étaient allergiques et qui avaient donc une "prédisposition" à cette maladie. Le risque était multiplié par deux chez les enfants avec un parent allergique et par trois chez ceux dont les deux parents étaient allergiques. "Nos résultats soulignent l'importance des interactions entre facteurs génétiques et environnementaux dans le développement de l'asthme chez l'enfant", ont indiqué les chercheurs. "L'augmentation du pourcentage de césariennes est partiellement due à une demande des mères, sans raison médicale", ont-ils souligné. "Elles devraient être informées du risque d'asthme pour leur enfant, particulièrement lorsque les parents ont eux-mêmes des antécédents d'asthme ou d'allergie", ont-ils conclu. (d'après agences)

jeudi 27 novembre 2008

Les bébés voyageant face à la route sont plus stressés

Bébé dans sa poussette face à maman Les bébés transportés dans des poussettes où ils tournent le dos à leurs parents sont plus stressés et risquent d'être "appauvris émotionnellement", conclut une enquête de l'Université de Dundee , en Ecosse, publiée vendredi. Au contraire, l'enfant promené en faisant face à son père ou sa mère se sent rassuré, son pouls est moins élevé et il a deux fois plus de chances de s'endormir, selon cette étude menée sur un total de 3.000 "couples" parent-bébé. Communication Lors d'une expérience spécifique menée sur 20 bébés, les chercheurs ont découvert que 25% des parents parlaient à leur progéniture lorsqu'elle leur faisait face dans la poussette ou le landau. C'est deux fois plus que pour les poussettes "face à la route" -de loin les plus répandues-, où les enfants sont nettement moins susceptibles de parler, de rire ou plus généralement de communiquer avec leur parent. Les mères ayant l'occasion d'utiliser successivement les deux types de poussettes riaient plus fréquemment en "face-à-face". Seulement un des 20 bébés en question a ri pendant son trajet "face à la route", contre 10 bébés promenés dans une poussette "dos à la route", selon cette étude. Impact négatif "Les neurosciences nous ont aidés à comprendre l'importance de l'interaction sociale pour le développement cérébral de l'enfant pendant ses premières années", a commenté le Dr Suzanne Zeedyk, du département "psychologie" de l'Université de Dundee. "Si les bébés passent beaucoup de temps dans des poussettes, cela amoindrit leur capacité à communiquer facilement avec leurs parents". "A un âge où le développement cérébral est plus important qu'à tout autre moment de la vie, cela a un impact négatif sur leur développement", a-t-elle souligné. "Nos données montrent que pour de nombreux bébés, la vie en poussette est appauvrie émotionnellement et peut-être stressante, or des bébés stressés feront des adultes anxieux", selon elle. (belga/CA)

mardi 25 novembre 2008

Pollution - Grossesse : un logo sur les cosmétiques "à risque"

danger cosmétique et grossesse Afin de lutter contre l'impact des produits chimiques sur la santé, Roselyne Bachelot a proposé mardi matin d'"apposer un logo sur les produits reprotoxiques" [toxiques pour la reproduction, NDLR] afin d'alerter les femmes enceintes. Une mesure "à négocier avec les industriels", a-t-elle précisé. Autre mesure phare évoquée par la ministre de la Santé : lancer "une campagne sur les risques potentiels liés à l'utilisation pendant la grossesse de certains produits chimiques". Ce dispositif a été présenté en ouverture du colloque international "Environnement chimique, reproduction et développement international" qui se tient ce mardi à Paris, au Ministère du développement durable. Le colloque réunit chercheurs, industriels et décideurs avec pour objectifs de "confronter les expertises" mais aussi d'informer. "Même si notre information n'est que parcellaire, nous devons associer le public (...) sans rien masquer", a fait valoir Nathalie Kosciusko-Morizet. La thématique est "particulièrement sensible", a pointé la secrétaire d'Etat à l'Ecologie. "En plus d'être une question de santé environnementale, [l'impact des produits chimiques sur la santé] est une question intime", qui touche à la vie, à la mort et à la survie de l'espèce, a-t-elle ajouté. Un label pourrait donc prochainement orner les produits cosmétiques, pour prévenir des risques chez les femmes enceintes. Les produits chimiques contenus dans les cosmétiques constituent en effet un risque potentiel pour le futur bébé. On soupçonne de plus en plus de substances d'agir par exemple sur les foetus masculins lors de la grossesse, entraînant des risques d'infertilité à l'âge adulte. Un logo similaire à celui présent sur les bouteilles d'alcool devrait ainsi permettre de prévenir les femmes enceintes des risques liés à l'utilisation de certains produits. Dans tous les cas, des règles simples sont à observer pour éviter les polluants lors de la grossesse : ne pas fumer ; éviter de faire le ménage avec des produits agressifs (préférer les labels bio et écologiques) ; éviter les travaux ou la peinture ; aérer régulièrement ; éviter l'usage d'insecticides ou de pesticides... Dans tous les cas lors de la grossesse, vous pouvez privilégier les cosmétiques labellisés bio et sans substances nocives de type parabens. Et n'oubliez pas qu'enceinte, vous êtes déjà si belle au naturel ! Source : Colloque Environnement chimique, fertilité et développement de l'enfant, novembre 2008

mardi 18 novembre 2008

Allaitement: Je n'ai pas assez de lait !


Voici une question qui revient souvent sur le forum bébé, j'ai donc cherché quelques réponses, les voici :

Tout d'abord, il est utile de savoir que le plus souvent :

- le manque de lait est subjectif et ne correspond pas à la réalité. Cette impression est essentiellement due à la peur de la mère de ne pas avoir assez de lait ;- beaucoup de femmes pensent qu'elles n'ont plus de lait parce que leurs seins ne sont plus engorgés. Mais l'engorgement des premiers jours n'est pas dû au lait, mais à l'oedème sanguin et lymphatique. Une fois la lactation bien établie, les seins redeviennent généralement comme pendant la grossesse : ni plus gros ni plus durs. - beaucoup de femmes pensent qu'elles ont moins de lait au bout de quelques jours ou de quelques semaines. En fait ce n'est pas leur sécrétion lactée qui baisse, mais les besoins du bébé qui augmentent. Pendant les trois premiers mois, le bébé aura des "jours de pointe" où il tètera plus souvent pour faire venir plus de lait afin de combler ses besoins grandissants.

Comment savoir si vous avez assez de lait ?

- votre bébé mouille au moins trois ou quatre changes complets par jour ;- il a des selles fréquentes et molles ou liquides (après quelques semaines, elles peuvent être beaucoup moins fréquentes sans que ce soit un problème) ; - il a repris son poids de naissance au bout de 15 à 20 jours. Si vous répondez oui, vous avez vraisemblablement assez de lait. Si vous répondez non aux trois questions, alors votre bébé n'a effectivement pas assez de lait. Il est nécessaire de revoir votre pratique d'allaitement. Votre bébé prend-il le sein assez souvent ? Est-il bien positionné au sein ? Quelques jours de tétées aussi fréquentes que possible, avec changements fréquents de sein, pourront rétablir une sécrétion lactée au top niveau. Il sera parfois nécessaire de donner un complément pendant quelques jours (le premier choix étant votre propre lait, donné dans toute la mesure du possible autrement qu'au biberon). 

Source: Leche League : http://www.lllfrance.org

Grossesse et automédication : danger ?

Grossesse et automédication : danger ? De nombreuses personnes pratiquent l'automédication en France, y compris les femmes pendant la grossesse. Une récente enquête française montre qu'une proportion importante de femmes enceintes ignore le danger pour leur bébé de certains médicaments courants comme l'ibuprofène, l'aspirine ou le bromazépam. Selon une étude menée anonymement auprès de 166 femmes par le Centre régional de pharmacovigilance de Toulouse, plus d'une femme sur 7 (24 femmes, soit 15 %) a pris un médicament sans prescription dans la semaine précédant l'enquête. Certes, il pouvait s'agir d'un médicament homéopathique, sans danger pour la grossesse, mais ces femmes ont également pris sans avis médical des antalgiques, des antiacides, des laxatifs, des antibiotiques, des antimycosiques ou antispasmodiques. De plus près de la moitié des femmes interrogées (40 à 46 % selon le médicament) ne connaissait pas les risques pour le foetus liés à la prise d'ibuprofène, d'aspirine ou de benzodiazépines (comme le bromazépam) en fin de grossesse. Il est donc important de rappeler que l'ibuprofène, comme tous les AINS, est déconseillé en début de grossesse et contre-indiqué à partir de 6 mois, en raison des risques de toxicité majeure pour le foetus (atteintes rénales ou cardio-pulmonaires néonatales, mort intra-utérine...) . L'aspirine est également contre-indiquée en fin de grossesse (risque de saignement et de toxicité foetale). Quant aux benzodiazépines, le risque de malformation du foetus en cas de prise en début de grossesse semble minime. Par contre la prise de ces médicaments en fin de grossesse induit un risque de détresse respiratoire du nouveau-né, voire de dépendance de ce dernier. Si vous êtes enceinte et en cas de doute sur un médicament dit "de confort", n'hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou pharmacien ! > Réagissez sur le forum bébé et grossesse Source : Automédication et grossesse : manque d'information. Revue Prescrire 2008;28(301):832.

jeudi 6 novembre 2008

Grossesse à l'adolescence : la télé en accusation

enceinte ado La télévision a été accusée de tous les maux ces dernières décennies. Mais de là à imaginer qu'elle soit responsable des grossesses des ados... Pourtant, la conclusion d'une étude publiée cette semaine dans la prestigieuse revue internationale Pediatrics est sans ambiguïté : regarder des émissions de télé à contenu sexuel explicite multiplie par 2 le risque de survenue d'une grossesse avant l'âge de 20 ans ! Vous vous demandez peut-être, tout comme nous à la lecture du titre de l'étude, comment des scientifiques ont pu lier la grossesse des jeunes aux émissions osées. C'est le résultat de l'analyse, par des spécialistes du comportement, d'interviews téléphoniques réalisées auprès de 2003 jeunes garçons et filles américains âgés de 12 à 17 ans. Ces jeunes ont été interrogés au sujet de leurs habitudes télévisées une première fois en 2001, puis chaque année jusqu'en 2004, année où ils ont également été questionnés sur les grossesses (ils avaient alors de 15 à 20 ans). En couplant le nombre de fois où ces jeunes ont regardé des émissions dites osées et la survenue d'une grossesse, les chercheurs sont parvenus aux résultats suivants : les jeunes qui font partie de ceux qui ont le plus regardé d'émissions à caractère sexuel ont 2 fois plus de chances de vivre dans les 3 ans une grossesse (de rendre une fille enceinte pour les garçons) que ceux qui ont très peu regardé ce genre d'émission. Même en tenant compte d'autres variables (niveau socio-économique de la famille par exemple), les chercheurs ont retrouvé cette corrélation. Anita Chandra, principale auteure de cette étude, suggère aux parents de regarder ces programmes télévisés avec leurs enfants afin de discuter de ces représentations sexuelles, de les informer sur les possibles conséquences négatives d'une grossesse précoce. Comme pour la contraception, la meilleure prévention reste l'information ! Source : Revue Pediatrics 2008 - novembre 2008

mardi 28 octobre 2008

Gillian Anderson a accouche

gillian anderson enceinte Gillian Anderson est maman pour la troisième fois. L'actrice américaine a mis au monde un petit garçon, mercredi dernier. Alors que son "équipier", l'agent spécial Fox Mulder alias David Duchovny, vit des jours difficiles, après sa séparation avec sa femme Tea Leoni, l'agent Scully, quant à elle, roule sur le bonheur. A 40 ans, l'héroïne de X-Files, Gillian Anderson vient de mettre au monde un petit Felix. L'actrice et son compagnon, l'homme d'affaires Mark Griffiths sont aux anges. Felix rejoindra Oscar, son frère âgé de deux ans et sa grande soeur Piper issue du premier mariage de Gillian avec le directeur artistique de X-Files, Clyde Klotz.

Eviter la cellulite pendant la grossesse

Grossesse et cellulite sont liées, à cause du bouleversement hormonal qu'entraîne la grossesse. Mais pouvons-nous, malgré tout, nous débarrasser de la cellulite – voire empêcher son apparition?

Pourquoi la grossesse est-elle une situation à risque de cellulite?

Tout d’abord, la cellulite semble sensible aux hormones sexuelles féminines: les œstrogènes. L’apparition de la cellulite débute au moment de la puberté et tend à s’accentuer avec les évènements hormonaux: contraception et autres traitements hormonaux, grossesse et allaitement. Il faut savoir que les œstrogènes stimulent le stockage des graisses (réserve énergétique), particulièrement utiles en prévision de la grossesse et de l’allaitement. L’intervention d’une autre hormone jouerait un rôle important: la prolactine. Celle-ci est naturellement produite afin de préparer les glandes mammaires à l’allaitement. Mais elle contribue, elle aussi, à stimuler la formation de réserves de cellules graisseuses, tandis qu’elle augmente la rétention d’eau dans ces mêmes tissus graisseux. Et enfin, dans les dernières semaines de grossesse, le poids et le volume du bébé renforcent ce phénomène en comprimant les vaisseaux sanguins. Le retour veineux est freiné, ce qui entrave la circulation veineuse dans les régions propices à l’accumulation de cellulite: cuisses, hanches, fesses.

Les consignes anti-cellulite chez la femme enceinte 

1. Veiller à ne pas prendre trop de poids.
2. Eviter les excès de graisses, particulièrement animales.
3. Faire le plein d’oméga-3: manger du poisson deux fois par semaine, en privilégiant les petits poissons (sardine, maquereau, saumon…).
4. Eviter les excès de sel, le port de talons hauts, les stations assises prolongées et de croiser les jambes… Car ces facteurs entravent la circulation sanguine.
5. Pratiquer régulièrement une activité physique compatible avec le stade de la grossesse.
6. Et enfin, allaiter le plus longtemps possible. L’allaitement exclusif s’accompagne d’une perte plus rapide du poids pris durant la grossesse, et réduit également la cellulite.

Source : E-sante.be

dimanche 19 octobre 2008

Le "bateau de l'avortement" arrive en Espagne

Bateau de l'avortement, woman on waves Le "bateau de l'avortement", navire de l'association néerlandaise Women on Waves, est arrivé jeudi dans la soirée dans le port de Valence (Espagne), où il a été accueilli par une manifestation d'adversaires de l'avortement. Le bateau, sorte de clinique flottante, prévoit d'embarquer des femmes à partir de vendredi pour pratiquer des avortements dans les eaux internationales au large de l'Espagne, a expliqué sur son site internet Women on Waves, qui défend le droit des femmes à l'interruption volontaire de grossesse. Protestations Le navire battant pavillon des Pays-Bas, les avortements pratiqués à bord se font dans le cadre de la loi néerlandaise, plus libérale que la législation espagnole en la matière. Une centaine de militants de l'association anti-avortement espagnole Provida ont protesté jeudi soir contre l'arrivée du navire, certains criant "Assassins" et "Non à l'avortement". Pour éviter des incidents, la police a formé un cordon de sécurité entre ces militants et plusieurs centaines d'activistes pro-avortement, ont ajouté les médias. L'actrice Pilar Bardem, mère de Javier Bardem, qui a obtenu cette année l'Oscar du meilleur second rôle masculin, a prononcé un discours en faveur du droit à l'avortement, appelant au "respect" des femmes qui ont pris la "très difficile" décision de mettre fin à une grossesse. Avant l'arrivée du navire de Woman on Waves, le maire conservateur de Valence, Rita Barbera, a qualifié sa venue de "provocation qui suscite l'indignation". "Je suis personnellement contre ce bateau", a-t-elle dit. Interruption limitée En Espagne, l'interruption volontaire de grossesse est dépénalisée depuis 1985 mais seulement en cas de viol (avortement dans un délai maximum de 12 semaines de grossesse), de malformation du foetus (22 semaines) et lorsqu'il y a "danger pour la santé physique ou psychique de la mère" (sans limitation de temps). Le bateau de Women on Waves s'est déjà rendu au large de l'Irlande en 2001, de la Pologne en 2003 et du Portugal en 2004 (ce pays a finalement autorisé l'avortement en 2007).

mercredi 15 octobre 2008

Bébé arrive et mon aîné est jaloux !

Enfant jaloux, colère contre bébé Amélie, trois ans, a un petit frère âgé de quatre mois. Elle a bien réagi à sa naissance, et s'est même montrée enthousiaste dès l'annonce de la grossesse. Ses parents étaient bien heureux de la voir réagir aussi positivement, car ils anticipaient un sentiment de jalousie, d'insécurité ou de rivalité chez leur grande fille. Mais voilà que depuis quelques jours, Nathalie, sa mère, remarque qu'elle a recommencé à sucer son pouce et qu'elle lui demande souvent si elle l'aime. Lorsqu'elle a amené les enfants au parc, les autres mamans lui ont dit que cela pouvait être une réaction à l'arrivée du petit frère. De retour à la maison, Nathalie confie à son conjoint qu'ils se sont réjouis trop vite et que, finalement, Amélie a une petite réaction négative à la présence de son frère. Sans se décourager, puisque la réaction est légère, les deux parents se demandent comment aider Amélie à s'adapter à son nouveau statut de grande soeur... Parents anxieux et en quête d'harmonie familiale parfaite, rassurez-vous! L'arrivée d'un nouvel enfant dans la famille implique une période d'adaptation pour TOUS les membres de la famille, vous y compris! Si vous-mêmes, adultes expérimentés et pleins de ressources, avez besoin de temps pour vous adapter, imaginez pour un enfant de trois ans! Les aînés d'une famille peuvent ressentir de l'insécurité à l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite soeur. Cette insécurité peut se manifester d'une manière très variable d'un enfant à l'autre. Les réactions peuvent varier entre l'agressivité, les comportements de régression (revenir à des comportements de bébé comme sucer le pouce, mouiller sa culotte, demander la sucette, parler en bébé...), la recherche d'attention et l'anxiété (ex. : pleurs avant le dodo). En tant que parent, il ne faut pas percevoir ces réactions comme un signe que notre aîné n'aimera jamais son petit frère ou sa petite soeur. Il s'agit simplement d'un signe que votre grand garçon ou votre grande fille a besoin de votre aide pour s'adapter aux changements que bébé apporte à la famille. Au lieu de vouloir absolument que vos deux enfants s'aiment inconditionnellement et de «forcer» l'aîné à accepter le cadet, validez son émotion. Reconnaissez que ses émotions sont normales. En fait, trop forcer les choses peut rendre le petit encore plus aversif aux yeux de l'aîné... L'important, c'est surtout que les deux enfants se sentent aimés de leurs deux parents. Pour sécuriser l'aîné et faciliter son adaptation, plusieurs solutions peuvent être mises de l'avant. Premièrement, vous pouvez regarder avec lui des photos de votre grossesse (lorsque vous l'attendiez), des photos de lui lorsqu'il avait le même âge que son petit frère ou sa petite soeur. Cela lui permettra de réaliser, avec preuves à l'appui, que ses parents étaient tout aussi heureux lors de son arrivée et que lui aussi a reçu les mêmes soins et les mêmes petites attentions que le nouveau venu. Ensuite, on peut impliquer l'aîné dans les soins à donner au petit (ex. : lui chanter une berceuse avant le dodo, lui donner sa sucette...). Cela favorisera une interaction et un attachement entre eux. Votre aîné pourrait également se sentir valorisé par sa capacité à donner ces soins. Toutefois, s'il refuse de vous aider et ne montre pas d'intérêt aux soins à prodiguer au bébé, lâchez prise. Cette solution ne sera efficace que si ça l'intéresse et si ça le valorise. Il est également important que l'aîné sente qu'il a des privilèges de grand frère ou de grande soeur (ex. : jouer à des jeux de «grands» pendant que bébé dort), surtout s'il semble envieux ou jaloux des soins et de l'attention donnés à bébé. Vous pouvez aussi tenter de favoriser les interactions entre eux en faisant remarquer à l'aîné les réactions positives de bébé à son endroit. N'oubliez pas d'accorder régulièrement des moments de rapprochement à votre aîné. Cela le sécurisera, car il se rendra compte que maman et papa l'aiment tout autant et qu'ils le considèrent toujours comme ayant une place importante dans la famille. Enfin, le fait de lire des livres d'histoire dans lesquels un enfant a un nouveau frère ou une nouvelle soeur lui permettra de réaliser qu'il n'est vraiment pas le seul au monde à vivre cette situation. Parfois, la rivalité entre frères et soeurs durera toute l'enfance et toute l'adolescence. Mais pour plusieurs, l'adolescence se terminera par le développement de liens plus cordiaux, un regard humoristique sur leurs anciens conflits et une évolution vers une belle amitié. de Nadia Gagnier, Psychologue - Le soleil Réagir à cet article sur le forum grossesse

mardi 14 octobre 2008

Après son accouchement, Angelina encore plus belle !

Angelina Jolie allaite ses jumeaux photo W magazine Novembre 2008 Angelina Jolie n’avait jamais eu envie d’être enceinte avant de rencontrer son mari Brad Pitt. L’actrice et son conjoint Brad ont aujourd’hui une famille composée de trois enfants adoptés – Maddox, Pax et Zahara – et de trois enfants biologiques – Shiloh, deux ans, et leurs jumeaux de deux mois, Vivienne et Knox. L'actrice de 33 ans raconte qu'elle n'avait jamais eu l'intention, avant de rencontrer son beau de 44 ans, d’avoir un enfant naturellement. «La présence de Brad dans ma vie a changé beaucoup de choses, mais la plus importante c’est qu’avant lui, je n’avais jamais eu envie d’être enceinte. Je n’avais jamais cru que c’était une bonne décision à prendre. Je suppose que je l'ai regardé, que je me suis rendu compte que je l'aimais et que je me suis sentie prête à avoir un enfant. Tout à coup, je voulais tomber enceinte. C’est le genre de chose pour laquelle il n’existe pas d’explication», a-t-elle révélé. «Pour rien au monde je n’échangerais cette expérience. Elle m’a appris beaucoup sur la vie, sur son processus, et maintenant nous avons trois magnifiques enfants qui autrement ne seraient pas ici.» L’entrevue qu’a accordée Angelina au magazine W s’accompagne d’une série de photos intimes de l’actrice prises par Brad. Sur la photo noir et blanc qui orne la première page du magazine, on voit Angelina allaitant un de ses jumeaux. Angelina affirme qu’elle était très à l’aise de montrer son corps, si tôt après sa grossesse, et de poser pour Brad, parce qu’il l’a fait sentir «séduisante». «Je partage ma vie avec un homme qui est assez mature pour me regarder, et trouver que je suis encore plus belle, simplement parce qu’il sait ce que mon corps a vécu, mais surtout ce qu’il a engendré. Il voit vraiment les choses de cette manière. Je me sens donc vraiment encore plus séduisante», ajoute-t-elle. Source: http://www.wmagazine.com/celebrities

lundi 13 octobre 2008

Rachida Dati: Le père démasqué ?

rachida dati enceinte La ministre française de la Justice est la cible de nombreux paparazzi depuis qu'on sait qu'elle est enceinte. La raison de cet intérêt de la presse "people" pour cette femme du monde politique est le mystère qui entoure l'identité du père de cet enfant. Un mystère bien gardé par la Garde des Sceaux... Mais cette fois-ci, il semble que les enquêteurs spécialisés en potins touchent au but. En effet, Rachida Dati a été photographiée en présence d'un homme ces derniers jours. Jusque-là, il n'y a pas de quoi crier victoire. Sauf que des témoins affirment que Rachida Dati est arrivée dans un café avec ce monsieur bras dessus, bras dessous. Aussi, la ministre française portait des lunettes solaires pour passer inaperçu, ce qui ne lui est franchement pas habituel... Enfin, les gardes du corps de madame Dati se sont montrés tellement "embêtés" par ces photographes amateurs et leurs clichés dérangeants qu'il pourrait bien y avoir anguille sous roche... Excepté ces photographes ayant croisé la route de Rachida Dati en charmante compagnie, personne n'ose affirmer que cet homme mystérieux soit réellement le géniteur. Quoi qu'il en soit, des photos des deux personnes concernées circulent sur le net. Et la rumeur ne cesse d'enfler... Source : www.shootnews.com et www.bakchich.info

mardi 7 octobre 2008

Trisomie 21: un test moins risqué que l'amniocentèse

Trisomie 21: un test moins risqué que l'amniocentèse Un nouveau test prénatal destiné à détecter la trisomie 21 est moins risqué que l'amniocentèse, selon une recherche conduite aux Etats-Unis et dévoilée lundi. Cette nouvelle méthode mise au point par des chercheurs de l'Université de Stanford en Californie et de l'Institut médical Howard Hughes ne requiert en effet qu'un échantillon de sang de la mère. Une analyse génétique permet de détecter des anomalies des chromosomes telles que celle responsable de la trisomie 21. "Jusqu'à présent les femmes enceintes risquaient de compromettre leur grossesse pour obtenir cette information", relève l'obstétricien-gynécologue Yair Blumenfeld, coauteur de cette étude décrivant la nouvelle technique et parue dans les Annales de l'académie nationale américaine des Sciences (PNAS) datées du 6 octobre. Plus sûrs Les tests prénataux actuels, tels que l'amniocentèse, nécessitent d'insérer une aiguille dans l'utérus. Ces procédures présentent un risque de 50% de déclencher une fausse-couche. Des tests ne nécessitant pas de faire une ponction transabdominale du liquide amniotique ou d'autres tissus sont beaucoup plus sûrs que les approches actuelles, ajoute Stephen Quake, professeur de bioingénierie et principal auteur de l'étude. La nouvelle technique, qui utilise des fragments de l'ADN foetal dans le sang de la femme, offre outre l'avantage de la sécurité, la possibilité de détecter beaucoup plus tôt des problèmes génétiques du foetus qu'avec les autres méthodes. La nouvelle méthode permet de dépister l'aneuploïdie foetale, qui est une anomalie du nombre de chromosomes. Les humains héritent normalement de 46 chromosomes dont la moitié du père et l'autre moitié de la mère. Des erreurs dans le nombre de chromosomes provoquent de graves problèmes dans le développement physique et mental, et la trisomie 21 en est un exemple puisque ce syndrome résulte de la présence d'une copie supplémentaire du chromosome 21.

mardi 30 septembre 2008

Les mères sont satisfaites de leur suivi de grossesse

Suivi de grossesse, Photo d Echographie 3D 95 % des femmes se déclarent très ou plutôt satisfaites de leur suivi de grossesse et du déroulement de l'accouchement. Ce sont les résultats de l'enquête menée par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques à la fin de l'année 2006. La DREES a interrogé 2 656 jeunes mères par interview téléphonique, en leur proposant de revenir sur le déroulement de leur grossesse et d'exprimer leur opinion sur les différentes composantes de leur prise en charge. Majoritairement satisfaites, les femmes ont valorisé les qualités humaines des professionnels de santé : l'écoute, l'accompagnement, le dialogue et les explications reçues. L'avis sur le suivi de la grossesse est positif, elles sont satisfaites de l'accueil et de l'organisation des consultations : fréquence, durée ou informations délivrées. Lors de l'accouchement, c'est la prise en charge à l'arrivée à la maternité qui satisfait la plus grande partie des interrogées. Elles sont souvent venues d'elles-mêmes car elles sentaient le travail commencer (2 sur 3), et accompagnées du futur père (9 sur 10). Les femmes expriment une grande satisfaction sur la manière dont s'est déroulé leur accouchement, surtout sur l'organisation et l'ambiance en salle de naissance. La durée de séjour à la maternité est jugée adéquate par les trois quarts des femmes. Cette enquête révèle toutefois le manque d'information sur les actes pratiqués au cours de l'accouchement. Les femmes regrettent un manque de préparation à leur sortie de la maternité. Près de 4 femmes sur 10 déplorent avoir été mal préparées aux éventuels troubles post-partum. Un lien a été démontré entre le niveau de satisfaction et les contraintes médicales, financières, le niveau d'offre de soins et d'éventuelles complications intervenues durant la grossesse. Cette enquête a permis de faire un bilan des attentes et du niveau de satisfaction des femmes dans le cadre de l'organisation du plan gouvernemental Périnatalité 2005-2007. Source : DREES, septembre 2008

vendredi 26 septembre 2008

Journée mondiale de la contraception ce 26 septembre 2008

« Votre vie, Votre corps, Votre choix » Qu’apporte la contraception aux femmes en 2008 ? 15 minutes ! C’est le délai qu’il vous faut pour lire ce document... Pendant ce temps 2 277 femmes dans le monde vont devoir faire face à une grossesse non désirée. 38% des grossesses déclarées dans le monde sont des grossesses non planifiées... Chaque année dans le monde, sur 210 millions de grossesses déclarées, 80 millions de femmes ont des grossesses non planifiées, et près de 46 millions de femmes s’exposent au risque d’un avortement dangereux pour leur santé, à l’origine de nombreux décès. Plus de la moitié de ces grossesses aboutissent à une décision d’avortement... Ce problème concerne aussi bien les pays en voie de développement que les pays développés. Est-il concevable que tant de femmes soient encore plongées dans un futur incertain, par simple faute d’information ou d’éducation ? La Journée Mondiale de la Contraception est une campagne internationale d’information et de sensibilisation sur la contraception soutenue par six organisations internationales et régionales non gouvernementales(1) et par le laboratoire Bayer Schering Pharma. Son objectif est d’améliorer l’information et l’éducation des jeunes femmes sur les différentes options en matière de contraception pour leur permettre d’avoir une maîtrise de leur corps et de leur fécondité et pour les inciter à prendre des décisions en connaissance de cause. Les jeunes doivent être acteurs dans le choix de devenir parents, plutôt que devenir parents « par hasard ». Son ambassadrice… Kelly Osbourne, chanteuse, actrice, présentatrice TV, icône de la mode, âgée de 23 ans, a accepté de parrainer cette campagne et de s’engager auprès des partenaires mondiaux pour en porter les messages auprès des jeunes adultes. Son message est simple : « c’est votre vie, c’est votre corps, c’est votre choix » ! Informer, éduquer, accompagner : des actions dans plus de 60 pays Ainsi, de nombreux événements et actions (actions éducatives dans les écoles, les collèges, les lycées et universités, actions de sensibilisation pour les jeunes dans les discothèques…) sont menées dans plus de 60 pays participants. De plus, cette campagne est relayée auprès des différents professionnels de santé (médecins, sages-femmes, infirmières scolaires, centres de planning familial) pour les impliquer autour de cette Journée Mondiale de la Contraception. En France, des affiches, des brochures, des préservatifs et autres supports d’information sur la contraception sont fournis aux professionnels de santé. Pour en savoir plus : www.contraceptions.org, le site de la Société Française de contraception. Journée mondiale de la contraception, soutenue par différents organismes dont la Société Française de contraception et le laboratoire BayerHealhCare/Bayer Schering Pharma. Plus d'infos en france: contraceptions.info Plus d'infos en Belgique: mapilule.be

jeudi 25 septembre 2008

La grande tétée 2008, allaitez, allaitez !

Grande tétée 2008, allaiter votre bébé La troisième édition de la grande tétée aura lieu le SAMEDI 11 OCTOBRE 2008 à 11H dans 50 villes en France. LA GRANDE TETEE : C'EST QUOI ? C'est une rencontre annuelle qui a pour objectif de valoriser l'image de l'allaitement maternel dans notre mode de vie moderne, d'apporter linformation et soutien sur les réalités de l'allaitement maternel par la mise en relation de familles ayant fait le choix d'allaiter leur enfant et la mise en réseau avec de associations de soutien à l'Am , des professionnels de santé et de petite enfance. Une photo souvenir sera prise de cette rencontre dans toutes les villes participantes et transmise aux médias. Tous les projets d'allaitement sont dignes de recevoir l'information adéquate et le soutien qu'ils méritent, quel qu'en soit la durée. Chaque femme doit pouvoir faire un choix éclairé d'allaiter ou non selon ses envies. OU ? Par exemple à Paris, la grande tétée 2008 aura lieu au Stade Charlety, Paris, 13éme. Dans de nombreuses villes (la liste augmente toutes les semaines) : http://www.grandetetee.com/regions/index.php POURQUOI VENIR A LA GRANDE TETEE ? Vous êtes futurs parent et vous vous posez des questions sur l'allaitement maternel, Vous ête parents d'enfants allaités et souhaitaient partagr votre experience, Vous avez dans votre famille ou avez été vous même un enfant allaité... LA GRANDE TETEE 2008 SERA MONDIALE Le 11 octobre à 11H (heure locale), les "Global Breastfeeding Challenge" auront lieu tout autour de la planète. INFORMATION Animatrices et conseillères des associations de soutien à l'allaitement, Consultantes en lactation, Professionnels de santé et de la petite enfance formés en allaitement, venez participez. De nombreux parents et futurs parents seront présents avec des questions à poser à des personnes compétentes en allaitement. Contact : information@grandetetee.com Vous souhaiter nous aider Pour afficher, diffuser l'info auprès des mamans qui allaitent, des futures parents, Contact : information@grandetetee.com VOUS POUVEZ VOUS INSCRIRE C'est facultatif mais ca nous aide à estimer le nombre de participants et prévoir au mieux l'organisation. http://www.grandetetee.com/inscription.php LA GRANDE TETEE 2007 Des parents et des mères de toute la France les avaient rejoint, les organisateurs espèrent vous retrouvez nombreux et nombreuses cette année encore. Il vous invite à venir voir la retrospective photo de 2007 : http://www.grandetetee.com/galeries/index.php Plus d'infos sur "La Grande Tétée" www.grandetetee.com

mercredi 24 septembre 2008

Retrait en France d'un lot de lait pour bébé

PARIS (Reuters) - Le laboratoire français Novalac annonce le retrait, par mesure de précaution, d'un lot de lait en poudre pour nourrissons et enfants en bas âge à la suite d'une "suspicion de présence de salmonelle". La mesure concerne des boîtes d'AR Digest, vendues exclusivement en pharmacie, qui portent la date d'expiration du 18/06/2011. "Les boîtes correspondant à ce lot numéro dix ne doivent pas être utilisées et doivent être retournées auprès des pharmacies", dit dans un communiqué la société, qui a mis en place un numéro vert: 0800 00 91 84. Pour l'heure, la présence de salmonelle a été observée dans les selles de huit bébés, a précisé la société à Reuters. Elle souligne avoir été alertée seulement lundi alors que les 4.500 cartons de boîtes de lait sont en vente depuis début juillet. "Cette mesure de précaution n'est (...) aucunement liée à la contamination à la mélamine survenue en Chine", précise Novalac. Environ 13.000 nourrissons chinois ont été hospitalisés et quatre sont décédés au cours des derniers mois après avoir développé des calculs rénaux causés par la consommation de lait en poudre frelaté contenant de la mélamine.

mardi 23 septembre 2008

Top des prénoms 2007 : Emma et Nathan

Top des prénoms bébés 2007 et 2008 Belgique - La direction générale statistique du SPF Economie a publié son traditionnel classement annuel des prénoms donnés aux bébés nés en 2007. Chez les filles, Emma reste indétrônable et occupe la première place du classement pour la cinquième année consécutive, tandis que Nathan s'empare de la tête du classement côté garçons. Derrière les Emma, viennent les Louise, Sarah et autres Marie tandis que chez les garçons Lucas, Noah et Louis ont également toujours la cote. Grande disparité entre les régions Ce hit-parade national des prénoms les plus donnés aux nouveau-nés cache une grande disparité entre les régions, les bébés flamands, wallons et bruxellois recevant des prénoms très différents. Ainsi, côté flamand, Lotte (pour les filles) et Milan (pour les garçons) sont les prénoms les plus populaires, tandis qu'au sud du pays Léa et Nathan arrivent en première position. A Bruxelles, ce sont Lina et Mohammed qui trustent les premières places. Les prénoms curieux en augmentation Autre particularité, les parents laissent de plus en plus la place à l'imagination et la diversité des prénoms continue à augmenter. En 2007, une petite fille sur dix a reçu un prénom qu'elle est la seule à porter. Cette proportion est un peu moins importante chez les garçons (8,5%). Parmi les curiosités de ce cru 2007, on notera notamment Arafat, Condoleezza et Euro. Des parents manifestement reconnaissants ont appelé leur enfant Joyeux, Trésor, Magnificat ou encore Dieumerci. Enfin, on relèvera également Harley-Davidson, Mel-Gibson et Lucrecia-Shanice sans oublier une petite Belgiana, dont les services de statistiques osent déduire "qu'il existe encore des gens attachés à notre pays". Source: Belga et agences

53.000 bébés soignés dans l'affaire du lait frelaté

Lait Frelaté chinois, 53.000 enfants soignés Quelque 53.000 enfants au total ont dû être soignés en Chine, dont près de 13.000 restent hospitalisés, après avoir consommé du lait frelaté à la mélamine, a annoncé lundi le ministère de la Santé. Le nombre d'enfants hospitalisés dimanche soir s'élevait à 12.892, dont 104 bébés dans un état grave, a indiqué un porte-parole du ministère. Mais 39.965 autres qui avaient consommé de la poudre de lait maternisé contenant la substance chimique toxique ont aussi dû recevoir des soins. Ces petits malades ont toutefois recouvré la santé. Décès Au total, ce sont donc 52.857 enfants qui ont été emmenés dans les hôpitaux du pays pour des problèmes de santé liés au lait. La grande majorité (82%) sont des enfants de moins de deux ans. L'affaire du lait contaminé a été rendue publique il y a une dizaine de jours, avec l'annonce des deux premiers décès de nourrissons ayant consommé du lait du groupe Sanlu. Au total, quatre bébés sont morts après avoir ingéré la substance toxique utilisée dans les colles et résines, selon le dernier bilan. Elle a pris de l'ampleur depuis, gagnant le lait classique et d'autres produits laitiers, y compris à l'étranger, où plusieurs pays ont détecté la présence de mélamine dans des produits fabriqués en Chine et immédiatement cessé leurs importations. La mélamine n'a pas d'usage alimentaire mais est parfois utilisée frauduleusement pour faire apparaître plus élevé le taux de protéines d'aliments composés. Elle avait ainsi été utilisée comme additif dans du gluten importé de Chine, entrant dans la composition de pâtées pour animaux, qui a tué l'an dernier des milliers de chats et de chiens sur le continent nord-américain.

lundi 22 septembre 2008

Maternités: Des malettes pour bébés contenant des produits toxiques ?

Les produits cosmétiques pour bébé sont-ils dangereux ? Le Comité pour le développement durable en santé (C2ds), réunissant médecins, chimistes, cancérologues et directeurs d'établissements de santé, a alerté jeudi sur les cosmétiques pour bébés distribués dans les mallettes cadeaux des maternités. Il défend l’application du principe de précaution et recommande l’arrêt de distribution de ces mallettes dont les produits (crèmes, laits pour le corps, lingettes et autres gels lavants) contiennent des composés toxiques pouvant causer des cancers notamment "Ces boîtes sont distribuées depuis quelque 30 ans", a souligné devant la presse Olivier Toma, directeur d'une clinique et président du Comité pour le développement durable en santé (C2DS). Il a affirmé qu'il y avait de "fortes présomptions" sur certains composés des produits distribués. André Cicolella, chimiste toxicologue, a pointé particulièrement les parabens, qui "ont un effet de perturbation endocrinienne" (affectant le développement, la croissance, la reproduction), et le bisphénol A, interdit récemment dans la fabrication des biberons au Canada. "Nous sommes confrontés à une épidémie de cancers" dont un certain nombre ont leurs origines "dès la gestation", a-t-il souligné. "Il faut agir sur les éléments susceptibles de favoriser cette épidémie". Dominique Belpomme, cancérologue, a fait valoir que la pénétration par voie cutanée était "celle qui permet la plus grande perturbation de l'organisme", car "la peau ne sait pas détoxifier". Tous ont défendu l'application du principe de précaution et l'arrêt de distribution de ces mallettes par les maternités ou les cliniques. Ils ont demandé aussi aux autorités de santé de soumettre les produits cosmétiques à une Autorisation de mise sur le marché (AMM), comme les médicaments. Source: AFP, Le journal du dimanche

jeudi 11 septembre 2008

Une femme de 59 ans accouche de triples a Paris

Une femme de 59 ans a donné naissance à trois bébés en bonne santé dans la nuit de samedi à dimanche à la maternité parisienne de Port-Royal (hôpital Cochin), a indiqué la porte-parole de l'hôpital lundi.

L'information avait été révélée un peu plus tôt lundi sur le site du quotidien Le Parisien, qui avait annoncé jeudi dernier la grossesse de Française d'origine asiatique âgée de 59 ans, qui a bénéficié d'un don d'ovocytes au Vietnam.

Les bébés, a précisé l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), sont nés par césarienne dans le service du professeur Dominique Cabrol. Il s'agit de deux petits garçons, qui pèsent respectivement 2,320 kg et 2,090 kg et mesurent 47 cm et 46 cm, et d'une petite fille de 2,420 kg et 46 cm.

"Tout s'est très bien déroulé", a précisé l'AP-HP.

Le don d'ovocytes est encadré en France par la loi de bioéthique de 1994 revue en 2004, qui impose un don volontaire, anonyme et gratuit. La receveuse doit souffrir d'une infertilité pathologique, ou il doit exister un risque de transmission d'une maladie grave à l'enfant. Le couple doit être en âge de procréer, et la majorité des centres français autorisés fixent la limite d'âge de la receveuse à 42 ans, voire 40 ans, du fait du trop faible nombre de donneuses.

La donneuse doit avoir déjà eu au moins un enfant et être âgée en principe de moins de 37 ans.

A ce jour, environ un millier d'enfants sont nés en France de don d'ovocytes. Les attentes pour les couples sont souvent longues, variant selon l'Agence de biomédecine de 6 à 60 mois.

Une femme de 62 ans avait déjà donné naissance à un enfant en 2001, à Fréjus (Var), suite à une fécondation artificielle. Plusieurs cas de grossesses tardives suite à fécondation artificielle sont intervenus aussi à l'étranger, mais une naissance de triplés n'a a priori jamais été recensée. Cette année, une Indienne de 70 ans avait donné naissance à des jumeaux suite à une fécondation in vitro.

Un autre cas de grossesse multiple tardive, celui d'une femme de 43 ans, dans le coma depuis juin après avoir accouché de triplés au centre hospitalier universitaire d'Angers, également évoqué jeudi par le Parisien, avait été confirmé par le CHU d'Angers - Afp

mercredi 10 septembre 2008

Femmes enceintes : attention à la ceinture !

Ceinture de sécurité et bébé, danger La ceinture de sécurité est dangereuse pour le foetus chez la femme enceinte. C'est le cri d'alarme lancé par le Pr. Christian Brunet du Laboratoire de Biomécanique Appliquée à l'Université de la Méditerranée d'Aix-Marseille. Pour ce spécialiste, la majorité des traumatismes durant la grossesse est liée aux accidents de la route. Plus de 5 % des femmes seraient concernées par les dangers de la ceinture. Celle ci pourrait provoquer des traumatismes au niveau de la tête du bébé, lors de fortes décélérations, de coups de freins violents ou bien sûr d'accidents. Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs marseillais ont réalisé des modèles mathématiques de femmes enceintes à partir d'IRM. Ils ont ensuite réalisé par ordinateur des crashs-test virtuels impliquant des femmes enceintes. Et ils ont pu souligner les risques liés à la partie horizontale de la ceinture. Pour les scientifiques, il faut se poser la question des risques de la conduite lors du dernier trimestre de grossesse. Et surtout, il faut interpeller les constructeurs sur la mise au point de systèmes adaptés aux femmes enceintes (type harnais de pilote de course par exemple). Mais dans tous les cas, pas question pour les femmes enceintes de ne pas mettre de ceinture, les risques seraient encore plus grand pour la mère comme pour l'enfant. Seule mesure de précaution : bien mettre la sangle horizontale sous le ventre. Source : Laboratoire de Biomécanique Appliquée, Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II), Septembre 2009 >> Réagir sur le forum grossesse

jeudi 28 août 2008

Carla Bruni et Rachida Dati enceinte ?

Tout porte à croire à ce que Carla Bruni serait enceinte de Nicolas Sarkozy. Selon la photo publiée (ci-dessus) par le quotidien britannique Mail on Sunday, on y voit le président de la République française mettre soigneusement sa main sur le ventre de son épouse.

Info ou intox? Ce qui est certain, c'est que Carla Bruni a souvent manifesté son intention d'avoir un enfant avec Nicolas Sarkozy. Carla a un enfant de 7 ans d'une ancienne relation, Nicolas Sarkozy est père de trois enfants.



Quant à Rachida Dati, depuis son apparition, jeudi, sur les marches de l’Elysée au sortir du Conseil des Ministres, les sites people s’appuient sur les nouvelles rondeurs épanouies de la Ministre de la Justice pour annoncer un heureux événement. Le site purepeople va encore plus loin en précisant que Rachida Dati, âgée de 42 ans devrait accoucher en janvier 2009 !

Alcool et grossesse: Ce que vous en pensez

L'idée qu'il ne faut pas boire pendant la grossesse progresse, d'après l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).

Entre 2004 et 2007, les connaissances autour de la recommandation de non-consommation d'alcool pendant la grossesse se sont améliorées, note l'Inpes d'après deux vagues d'enquêtes BVA réalisées auprès de 2 échantillons représentatifs respectivement de 1.003 et de 1.006 personnes de 15 ans et plus.

En 2007, 87 % des Français interrogés approuvent l'idée qu'il ne faut pas boire du tout d'alcool pendant la grossesse contre 82 % en 2004.

Depuis le 3 octobre 2007, toutes les bouteilles de boissons alcoolisées doivent porter un message sanitaire préconisant l'absence de consommation d'alcool pendant la grossesse, conformément à l'arrêté du 2 octobre 2006, rappelle l'Inpes.

Ce message prend la forme d'un pictogramme ou d'une phrase "la consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l'enfant".

L'apposition du message sur les bouteilles est approuvée par neuf interviewés sur dix, et autant le trouvent clair et utile. Cependant quatre personnes sur dix le trouvent culpabilisant pour les femmes enceintes, selon l'enquête publiée dans la revue Evolutions de l'Inpes.

Si 77 % des Français interrogés ont compris que le pictogramme signifie que les femmes enceintes doivent s'abstenir de consommer de l'alcool, 21 % pensent qu'il leur recommande simplement de limiter leur consommation d'alcool.

Près de 30 % des enquêtés pensent - à raison- que le risque pour le foetus commence dès le premier verre, 35 % citent une consommation hebdomadaire ou mensuelle et 32 % une consommation quotidienne.

De plus, 27 % des personnes interrogées déclarent justement spontanément que le risque est équivalent tout au long de la grossesse contre 22 % en 2004.

Ceux qui pensent que le vin et la bière sont un peu moins dangereux que l'alcool fort sont moins nombreux en 2007 (27,1% contre 33% en 2004). En revanche, la proportion de personnes répondant que vin et bière sont nettement moins dangereux n'a pas évolué de façon significative (un peu plus de 14%).

Lors des deux vagues d'enquêtes, une personne sur deux juge à raison que boire de la bière ou du vin pendant la grossesse est aussi dangereux que boire un alcool fort.

>> Vos réactions sur l'alcool et la grossesse sur notre forum grossesse

mardi 26 août 2008

Le stress pendant la grossesse augmente les risques de schizophrénie

Les femmes enceintes soumises à un stress traumatisant auraient plus de risques de donner naissance à des enfants qui développeront plus tard une schizophrénie, selon une étude publiée jeudi. 

"Le type de stress en question est du genre de ceux que l'on subit lors d'un désastre naturel, une attaque terroriste, un ouragan ou un deuil soudain", explique l'auteur principal, Dolores Malaspina (New York), de l'étude publiée jeudi dans le journal spécialisé BioMed Central Psychiatry, basé à Londres. Malaspina et ses collègues ont examiné les données concernant 88.829 personnes nées à Jérusalem entre 1964 et 1976 et les ont croisées avec le registre national de psychiatrie d'Israël. 637 cas de schizophrénie ont été recensés.

Selon l'étude, les enfants des femmes qui étaient au deuxième mois de grossesse au plus fort de la guerre israélo-arabe en juin 1967 (la "Guerre des six jours") avaient un taux significativement plus élevé de schizophrénie à leur entrée à l'âge adulte. L'impact maximum se trouve en début de gestation, avec "une fenêtre relativement étroite de vulnérabilité (à la schizophrénie), au deuxième mois de grossesse", soulignent les auteurs. L'étude montre aussi une nette différence d'impact entre hommes et femmes.

Les femmes dans le deuxième mois de leur vie foetale durant le conflit ont 4,3 fois plus de risque de souffrir de schizophrénie, alors que pour les hommes, ce risque est bien moindre (1,2), selon l'étude. D'autres influences potentielles -saisons, faible poids de naissance, apport en calories- ont été écartées, selon les auteurs. "C'est une saisissante confirmation de ce que l'on suspectait depuis longtemps, " commente Malaspina.

Ces résultats confirment ceux de précédentes études relevant un excès de schizophrénie chez des enfants dont la mère a subi un fort stress en début de grossesse. Des études, en Finlande et au Danemark, portant sur la perte du mari ou d'un proche du 1er degré de la femme enceinte, sont les plus convaincantes, estiment les auteurs. Elles montrent en effet un excès de cas de schizophrénie en particulier, lorsque le deuil est survenu pendant le 1er trimestre de grossesse.

 >>> Réagir sur le forum grossesse et bébé 

Source 7sur7.be

Des biberons toxiques en vente libre?

Biberon toxique bébé L'association Antidote Europe a dénoncé lundi la "désinvolture de l'EFSA", l'agence européenne de sécurité alimentaire, qui vient de conclure à l'innocuité des biberons en polycarbonate contenant du bisphénol A (BPA). "Tandis que le gouvernement canadien envisage d'interdire l'importation, la vente et la publicité pour ces biberons, l'EFSA semble vouloir profiter de la torpeur de l'été pour clore en douce la polémique avec des arguments pour le moins surprenants", selon un communiqué. D'après Antidote Europe, une association créée par des chercheurs oeuvrant pour une meilleure prévention en matière de santé humaine, les arguments scientifiques développés par l'EFSA ne sont pas suffisamment étayés pour conclure à l'absence de nocivité des biberons en question. L'association note que la production annuelle de BPA atteint trois millions de tonnes et "demande que les autorités sanitaires évaluent très sérieusement les risques pour l'homme posés par son exposition massive" à cette substance. Il conviendrait notamment d'effectuer des tests "sur des cellules humaines en culture, par des méthodes scientifiquement éprouvées et disponibles aujourd'hui, plutôt que de s'en remettre à des tests sur des animaux sans pertinence pour l'homme", a conclu Antidote Europe. (belga)

mardi 5 août 2008

Allaitement : Comment tirer et conserver le lait maternel ?

Tirer son lait Comment tirer et conserver le lait maternel ? Bien curieuse expression pour recueillir le lait! Même si cette activité est un peu «animale»pour certaines femmes, les raisons de tirer le lait sont pourtant multiples:
  • seins douloureux et engorgés.
  • Besoin de s'absenter donc préparation d'un biberon de lait maternel.
  • Reprise du travail.
  • Vous êtes malade et incapable d'allaiter.
  • Bébé est hospitalisé.
En réalité quoi de plus naturel, pour une mère, que de pouvoir tirer son lait? Il existe différentes méthodes:
  • Extraction manuelle du lait: cette technique consiste à appliquer une légère pression sur le sein au moyen du pouce et de l'index afin de provoquer l'éjection du lait. Il sera récolté dans un récipient propre et stérile placé sous le sein et tenu par l'autre main.
  • Tire-lait: manuel ou électrique, ce matériel se loue ou s'achète.

Comment nettoyer et stériliser le matériel ? C'est très important de nettoyer et stériliser le tire-lait à chaque utilisation car le système immunitaire du nourrisson n'est pas complètement développé et ce, jusqu'à ses repas fruits et légumes.

  • Nettoyer: laver chaque pièce avec brosse, eau chaude et liquide vaisselle puis rincer.
  • Stérilisation: -à chaud:utiliser un stérilisateur, une casserole ou une cocotte minute. Plonger les biberons dans le récipient contenant l'eau. Faire bouillir l'eau pendant 5 à 8 minutes dans le stérilisateur ou la cocotte minute et 10 minutes dans la casserole. Jeter les tétines pendant les 5 dernières minutes de l'ébullition. Sortir le matériel après refroidissement de l'eau. Le stérilisateur micro ondes fonctionne très bien aussi , voir son mode d'emploi. -à froid: à l'aide de comprimés vendus en pharmacie, préparer un bain désinfectant: 1 pastille pour 5 litres d'eau froide. Y plonger le matériel et laisser agir pendant 15 minutes. Retirer le matériel du bain sans le rincer.
  • Ranger: Égoutter le matériel retourné sur un essuie propre et le ranger dans une armoire propre et sèche.
Comment conserver le lait maternel tiré? Il doit être conserver dans un récipient fermé et/ou stérile pendant maximum 48h au réfrigérateur ou 6 mois au congélateur. Noter donc la date de récolte sur le récipient. Attention de ne pas mélanger 2 laits tirés à des moments différents. Pour le transport, utiliser un sac isotherme et dès l'arrivée remettre au frigo ou congélateur selon le cas . Si vous utilisez du lait congelé, le décongeler au frigidaire et pas à température ambiante, et le consommer rapidement(comme pour tout autre aliment ...!). Le réchauffement se fait via un chauffe biberon ou au bain-marie. L'usage du micro-ondes est à déconseillé car il modifie la qualité du lait maternel. A la fin du repas de bébé, s'il reste du lait, il faut le jeter!

samedi 2 août 2008

Semaine mondiale de l'allaitement maternel du 1er au 7 août

Semaine mondiale de l allaitement maternel Encourager l’allaitement maternel pour augmenter la survie des enfants Semaine mondiale de l’allaitement maternel du 1er au 7 août. À l’occasion de la Journée mondiale de l’allaitement maternel, l’UNICEF, l’Alliance mondiale en faveur de l'allaitement maternel et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)recommandent que les mères qui allaitent soient davantage soutenues, que ce soit par les réseaux de professionnels ou le reste de la société. « L’allaitement maternel est un outil essentiel pour améliorer la survie de l’enfant, a dit Mme Ann M.Veneman, Directrice générale de l'UNICEF. L’allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie permettrait d’éviter jusqu’à 13% des décès des enfants de moins de cinq ans dans les pays en développement. » En dépit des progrès réalisés au cours des 15 dernières années, 38% seulement des bébés de moins de six mois sont nourris exclusivement au sein dans le monde en développement. Des études scientifiques récentes ont montré que les mères allaitent bien plus longtemps lorsqu’on les a instruites sur la question, qu’elles sont soutenues et que cette aide est particulièrement utile pour l’allaitement exclusif au sein. D’autres études ont montré que les conseils et l’appui psychosocial dans les établissements de santé ont permis d’augmenter le nombre de mères qui commencent à allaiter dans l’heure qui suit l’accouchement. L’allaitement exclusif pendant les six premiers mois de la vie réduit la mortalité infantile liée à des maladies de l’enfance courantes et à la dénutrition. Il peut réduire le nombre de décès causés par des infections respiratoires aiguës ou des maladies diarrhéiques – deux des principales causes de décès chez l’enfant – ou autres maladies infectieuses. Il contribue aussi à la santé de la mère et crée un lien affectif entre mère et enfant. Une bonne nutrition peut sauver des vies pendant la petite enfance, garantir une croissance et un développement optimum et contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. L’UNICEF travaille avec ses partenaires et avec les pouvoirs publics dans de nombreux pays pour améliorer l’appui aux mères qui allaitent, qu’il soit fourni par des agents sanitaires, des conseillères, des groupes de mères, les employeurs, le personnel des organismes de secours en cas de crise humanitaire, les parlementaires, la famille ou les réseaux communautaires et sociaux. Semaine mondiale de l’allaitement maternel La Semaine mondiale de l’allaitement maternel s’est déroulée pour la première fois en 1992 et est maintenant célébrée dans 120 pays par l’UNICEF et ses partenaires, y compris l’Alliance mondiale pour l’allaitement maternel et l’OMS. Son objectif est d’encourager l’allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie, car les retombées bénéfiques en sont énormes : il fournit des nutriments essentiels, protège de maladies mortelles comme la pneumonie et favorise la croissance et le développement. L’allaitement maternel après six mois, et jusqu’à deux ans ou plus, combiné à une alimentation complémentaire sûre et adéquate représente l’approche optimale pour l’alimentation de l’enfant. Dossier de sensibilisation à l’allaitement L’Alliance mondiale pour l’allaitement maternel est un réseau mondial de particuliers et d’organisations qui se soucient de la protection, de la promotion et du soutien à l’allaitement maternel dans le monde entier. On peut se procurer des informations sur l’Alliance en général et ses efforts de sensibilisation à l’allaitement en particulier sur son site Internet : http://www.worldbreastfeedingweek.org

Allaiter son bébé en Belgique, les mamans adorent !

Les mères semblent de plus en plus sensibles à cette pratique. L’allaitement est de plus en plus répandu en Belgique. Depuis 5 ans, la tendance est à la hausse. 85 à 90 % des femmes qui viennent de donner naissance allaitent ou en tout cas débutent l’allaitement. 3 à 5% de ces femmes changent d’avis au bout de quelques jours. Chez nous, la moyenne du temps de l’allaitement est de sept semaines. Peu de mères allaitent jusqu’à six semaines. Selon certains spécialistes, l’intestin d’un bébé est pourtant constitué pour être allaité pendant six mois. L’allaitement est positif pour le nouveau-né parce que des anticorps sont transmis par le lait maternel. Cette pratique le protège donc de différentes maladies et de la malnutrition. Par ailleurs, l’allaitement est aussi bénéfique à la maman et renforce le lien maternel. Bénéfique aussi bien pour la mère que pour le bébé "L’allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie permettrait d’éviter jusqu’à 13% des décès des enfants de moins de cinq ans dans les pays en développement", a déclaré Ann M. Veneman, Directrice générale de l'Unicef. L'Unicef et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) encouragent d'ailleurs dans tous les pays la pratique de l’allaitement maternel. Le label "Hôpitaux amis des bébés" a été lancé en ce sens. Au cœur de ce concept figurent l’allaitement maternel exclusif et la création des conditions d’accueil qui l’encouragent. 20.000 établissements dans le monde ont déjà reçu ce label, dont treize en Belgique. Pour obtenir ce label, il faut respecter certains critères: avoir un personnel informé sur les bienfaits de l’allaitement, mettre le bébé en contact immédiatement avec la peau de la mère, ne pas donner de compléments alimentaires aux bébés (sauf en cas d’indication médicale), ne pas donner de tétine aux enfants, indiquer aux mères comment pratiquer l’allaitement, etc. La semaine mondiale de l'allaitement maternel se déroule du 1er août au 7 août.

lundi 14 juillet 2008

Angelina Jolie a accouché de jumeaux

Angelina jolie a accouché de jumeaux à Nice Et de six pour le couple le plus médiatique de Hollywood. Angelina Jolie et Brad Pitt sont depuis samedi soir les parents de jumeaux, un garçon et une fille, Knox Leon et Vivienne Marcheline, nés en France, à Nice. Le petit garçon, qui pèse 2,28kg, et la petite fille, 2,27kg, sont nés à samedi à 20h par césarienne, selon le Dr Michel Sussmann, chef de service du service obstétrique de la Fondation Lenval de Nice, où l'actrice américaine avait été admise le 29 juin. "La maman, les bébés et le papa se portent à merveille", a déclaré dimanche le gynécologue-obstétricien de l'actrice américaine, interrogé par téléphone par l'Associated Press. La date de l'accouchement a été avancée "pour raisons médicales" afin que les bébés naissent "dans les meilleures conditions", a ajouté le Dr Sussmann, précisant que Brad Pitt, le compagnon de l'actrice, âgé de 44 ans, était présent pendant l'opération. Angelina Jolie a subi une anesthésie épidurale et était consciente pendant toute l'opération. Le médecin a précisé qu'Angelina Jolie, 33 ans, devrait rester quelques jours à l'hôpital. Le couple avait déjà quatre enfants, Maddox, six ans, adopté par Angelina Jolie quand elle était encore mariée avec l'acteur Billy Bob Thornton, dont elle a divorcé en mai 2003. Suivent Pax, quatre ans, et Zahara, trois ans, également adoptés. Le premier enfant biologique de "Brangelina", ainsi que la presse internationale surnomme les deux acteurs, est la petite Shiloh Jolie-Pitt, née en mai 2006 en Namibie. Dimanche matin, les paparazzi étaient massés devant l'hôpital, espérant apercevoir Brad Pitt. Selon le quotidien régional "Nice Matin", qui a annoncé la naissance, le couple aurait vendu l'exclusivité de la première photo des jumeaux à un journal américain pour plus de 11 millions $ US. Selon le Dr Sussmann, le couple avait décidé de réserver la primeur de la nouvelle à "Nice Matin" en raison de ses liens avec la ville. La revente des photos officielles des jumeaux devrait, selon une source proche du couple, être reversée intégralement à une oeuvre caritative, comme ce fût le cas pour les photos de Shiloh. Selon Jacques S., l'un des paparazzi français sur place, les premières photos officielles des jumeaux pourraient se négocier jusqu'à 15 millions de $. Selon plusieurs photographes sur place, le magazine américain "People" serait déjà en lice pour s'offrir l'exclusivité des clichés, devant son concurrent de toujours, le tabloïd "OK". Source "Nice Matin", "JDD" et "AP"

jeudi 10 juillet 2008

Concours photo : Enceinte et sexy, c'est possible !

photos femme enceinte et sexy, concours photo Les FUTURES MAMANS sont à l’honneur sur Lebebe.net ! Un joli ventre tout rond, une robe qui met en valeur la future maman, nos courbes s’arrondissent au fil des mois et bébé va bientôt pointer son nez ! Loin d’être seulement des futures mamans, on dévoile sans complexes nos formes hyper sexy du moment. Choisissez la plus jolie photo de future maman ajouter là à ce concours avant le 30 juillet 2008. La gagnante recevra un SUPERBE LECTEUR DVD mpeg4 - Divx et USB La deuxième recevra un JOLI COLLIER ! Les règles sont simples mais strictes : - Participation en envoyant votre photo de vous en FUTURE MAMAN sexy jusqu'au 31 JUILLET 2008 inclus. - Les votes sur les photos auront lieu du 1er au 31 août 2008. (Les compteurs seront remis à zéro le 1er aout à minuit). - Les gagnants seront affichés sur le site le 1er septembre 2008. > Vous pouvez envoyer votre photo directement dans cet album "Concours photo enceinte et sexy ICI", il suffit de créer un compte sur les albums photos. > D'autres infos et Réglement du concours photo "Enceinte et sexy" ICI

Bébé: Une explication à la mort subite du nourrisson

bébé prématuré, mort subite Une altération des neurones dans le cerveau, les empêchant d'utiliser la sérotonine pour transmettre des signaux, expliquerait la mort subite du nourrisson, selon des travaux effectués sur des souris par des chercheurs européens et publiés jeudi aux Etats-Unis. Ce syndrome, la principale cause de décès des bébés entre un mois et un an dans les pays développés, frappe des enfants en bonne santé de façon soudaine et inexpliquée. Le modèle développé sur des souris par des scientifiques du Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) à Monterotondo en Italie révèle qu'un déséquilibre des signaux neuronaux véhiculés par la sérotonine dans le tronc cérébral est suffisant pour provoquer la mort chez les souris. Le tronc cérébral, qui est situé à la base du cerveau et fait la jonction avec la moelle épinière, coordonne de nombreuses fonctions vitales dont les systèmes cardiovasculaire et respiratoire. Ces chercheurs ont modifié le système de sérotonine de souris pour en comprendre le rôle de transmission de signaux des neurones dans le tronc cérébral. Ils ont notamment altéré un important récepteur régulant la sérotonine. En apparence, les souris étaient normales mais elles souffraient de baisse sporadique et imprévisible de leur rythme cardiaque ainsi que de leur température corporelle. Plus de la moitié de ces souris sont finalement mortes de ces crises au tout début de leur vie. Jusqu'à maintenant on ignorait le rôle des changements du mécanisme de transmission des signaux nerveux avec la sérotonine dans le tronc cérébral dans le syndrome de mort subite des nourrissons, relève Cornelius Gross, chercheur au EMBL et principal auteur de ces travaux parus dans la revue américaine Science datée du 4 juillet. Les effets de ces insuffisances dans le mécanisme de transmission neuronale observés chez la souris laissent fortement penser qu'un défaut congénital de sérotonine pourrait jouer un rôle clé dans le syndrome de mort subite du nouveau-né, explique Cornelius Gross. Les neurones du tronc cérébral utilisent la molécule sérotonine pour communiquer avec les cellules nerveuses de la moelle épinière qui activent le le muscle cardiaque et les organes jouant un rôle dans la régulation de la température du corps. Quand les souris, dont le système d'utilisation de la sérotonine a été altéré, sont placées dans une chambre froide, ces animaux sont incapables d'activer suffisamment les organes produisant de la chaleur. Cette incapacité à activer le système thermique du corps dans certaines conditions explique probablement pourquoi ces souris sont frappées d'une mort soudaine, estiment ces chercheurs. (afp)

mardi 24 juin 2008

Bébé: Ikea rappelle 65.000 gigoteuses

Problème avec gigoteuse ikea Le groupe suédois Ikea a annoncé mardi avoir décidé de rappeler 65.000 gigoteuses pour enfants vendus depuis avril 2008 en Europe, Asie et Australie, pour des raisons de sécurité après deux plaintes faisant état de problèmes avec la fermeture éclair. La Belgique est également concernée par ce rappel. 1.480 gigoteuses vendues en Suède et 63.000 vendues sur le marché international sous le nom de Barnslig sont concernés par ce rappel, a déclaré une porte-parole d'Ikea, Ivana Hrdlickova. "+ deux reprises, Ikea a en effet été informé que l'arrêt de la fermeture à glissière s'était détaché lors de l'utilisation de celle-ci, impliquant un risque que le curseur se détache à son tour. Les deux éléments constituent un risque d'étouffement pour les jeunes enfants", indique le communiqué. Cependant, Ikea précise qu'aucun accident n'a été rapporté à Ikea. La production du sac de couchage a également été interrompue. Pour de plus amples informations, les clients peuvent contacter IKEA au numéro temporaire 02/719.19.77 en Belgique ou consulter le site Internet à l'adresse www.IKEA.be ou www.ikea.fr (belga)

Bébé éprouvette : de plus en plus d'infertilité

Bebe eprouvette : de plus en plus d'infertilite, Ined Les Français ont de plus en plus souvent recours aux médecins pour cause d'infertilité. Une récente étude révèle que chez les couples en échec, les consultations pour infertilité durant la première année sont passées de 36 % à 49 % entre 1985-1989 et 1990-1994. Cette étude a été menée auprès des femmes de 18 à 60 ans ayant eu une grossesse ou tentative de grossesse d'au moins un an terminée entre 1985 et 2000 et habitant deux zones rurales (Beaumont-Hague et Saint-Brieuc). Sur 1183 femmes incluses dans l'enquête, 1450 naissances ont eu lieu, dont 10 % ont fait l'objet de consultations médicales pour infécondité. Selon Caroline Moreau, co-auteur de l'étude, cette augmentation des consultations pourrait s'expliquer de trois façons : - Une baisse importante de la fertilité mais le délai moyen pour concevoir un enfant n'a pas évolué. 50 % des couples ont une grossesse dans les trois ou quatre premiers mois de la tentative. Cette hypothèse ne paraît donc pas valable pour expliquer un tel phénomène. - Une augmentation de l'impatience d'être parents et une diminution de la résignation des couples. On constate par exemple une disparité entre les couples ayant déjà eu un enfant et ceux qui n'en ont pas. Celles n'ayant pas eu d'enfants consultent plus tôt que les autres. Les Français seraient donc plus impatients et moins résignés qu'avant. Rappelons qu'on considère qu'un couple est infertile s'il n'arrive pas à concevoir d'enfant dans les douze mois qui suivent la tentative. Aujourd'hui seulement 3 à 4% des couples sont considérés comme définitivement stériles. Source : Conférence de presse INED, 19 juin 2008 De la pilule au bébé-éprouvette - INED - 264 pages - 25 €

samedi 21 juin 2008

Allaitement bébé: quelques idées reçues !

allaitement bébé, bébé allaité, baby, leache league, sein
  1. Une mère qui allaite doit faire très attention à ce qu'elle mange. C'est faux! Une mère qui allaite doit essayer d'avoir une alimentation équilibrée, mais rien ne l'oblige à manger certains aliments ou à en éviter d'autres. Une mère qui allaite n'a pas besoin de boire du lait pour produire du lait. Une mère qui allaite n'a pas à éviter les aliments épicés, l'ail, le chou ou l'alcool. Une mère qui allaite doit avoir une alimentation normale et saine. Bien que dans certains cas le bébé puisse être dérangé par un aliment que sa mère a mangé, c'est inhabituel. La plupart du temps, les problèmes de « coliques », de « gaz» et de pleurs trouvent une meilleure solution dans une modification de l'allaitement que dans un changement d'alimentation de la mère.
  2. Une mère qui allaite doit manger plus pour produire plus de lait. C'est faux! Même les femmes qui ont une alimentation très pauvre en calories produisent assez de lait, du moins jusqu'à ce que la prise de calories atteigne un seuil faible critique sur d'une période prolongée. Généralement, le bébé prend ce dont il a besoin. Certaines femmes craignent que de manger moins bien pendant quelques jours ait des conséquences sur la qualité de leur lait. Il n'y aucune crainte à avoir. De telles modifications n'auront aucune incidence sur la quantité ou la qualité du lait. On dit généralement que les femmes doivent consommer 500 calories supplémentaires par jour pour pouvoir allaiter. C’est faux. Un certain nombre de femmes mangent plus quand elles allaitent, mais d'autres non, et certaines même mangent moins, sans que cela ait de conséquences sur la santé de mère, celle de l'enfant ou sur la production de lait. La mère doit manger de façon équilibrée en se fiant à son appétit. Les règles alimentaires ne font que compliquer l'allaitement inutilement.
  3. Une mère qui allaite doit boire beaucoup. C'est faux! La mère doit boire en fonction de sa soif. Certaines mères ont soif tout le temps, mais beaucoup d'autres ne boivent pas plus que d'habitude. Le corps de la mère sait si elle besoin de plus de liquides et le lui dit en lui faisant ressentir la soif. Ne croyez pas qu'il soit obligatoire de boire tant de verres par jour. Tout cela ne fait que compliquer l'allaitement inutilement.
  4. Une mère qui fume ferait mieux de ne pas allaiter. C'est faux! Une mère qui n'arrive pas à arrêter de fumer devrait quand même allaiter. Il a été démontré que l'allaitement réduit les effets négatifs du tabac sur les poumons du bébé, par exemple. L'allaitement est bon pour la santé de la mère et du bébé. Il vaudrait mieux que la mère ne fume pas, mais si elle ne peut pas arrêter ou même réduire sa consommation de tabac, il vaut mieux fumer et allaiter que fumer et ne pas allaiter.
  5. Une mère ne devrait pas boire d'alcool pendant l'allaitement. C'est faux! Une consommation raisonnable d'alcool n'est pas du tout à déconseiller. Comme c'est le cas pour la plupart des médicaments, une très faible quantité d'alcool passe dans le lait. La mère peut boire un peu d'alcool et continuer à allaiter comme elle le fait normalement. Interdire l'alcool, c'est encore une façon de rendre la vie inutilement contraignante aux mères qui allaitent.
  6. Une mère dont les mamelons saignent ne devrait pas allaiter son bébé. C'est faux! Bien que le sang fasse plus régurgiter l'enfant et que l'on puisse en retrouver dans ses selles, ce n'est pas une raison pour arrêter d'allaiter. Des mamelons douloureux et qui saignent, ce n'est pas pire que des mamelons douloureux qui ne saignent pas. Le problème, c'est la douleur que ressent la mère. Et cette douleur peut souvent être considérablement atténuée. Faites-vous aider. Parfois du sang sort des mamelons provenant de l’intérieur du sein sans qu’il n’y ait de douleur. Cela se produit le plus souvent au début de l'allaitement, peu de temps après la naissance, et se résorbe en quelques jours. La mère ne devrait pas arrêter d’allaiter pour cela. Si le saignement ne s'arrête pas, il est nécessaire d'en chercher la cause, mais la mère doit continuer d'allaiter.
  7. Une mère qui a subi une augmentation mammaire ne peut pas allaiter. C'est faux! La plupart y arrivent très bien. Rien n'a montré que l'allaitement avec des implants en silicone était dangereux pour l'enfant. Parfois l'opération est faite au niveau de l'aréole. Ces femmes rencontrent les mêmes problèmes de production de lait que toute autre femme ayant subi une incision à ce niveau.
  8. Une femme qui a subi une réduction mammaire ne peut pas allaiter. C'est faux! La réduction des seins entraîne une diminution de la capacité de produire du lait mais étant donné que beaucoup de femmes produisent plus de lait que nécessaire, les femmes qui ont subi ce type d'opération réussissent parfois très bien à allaiter exclusivement. Dans de tels cas, il faut suivre le démarrage de l'allaitement avec une attention particulière, en suivant les principes énoncés dans l’article n° 1, L’allaitement - un bon départ. Si, malgré tout, la mère semble ne pas produire assez de lait, elle peut quand même continuer à allaiter tout en donnant des compléments à son bébé avec un dispositif d'aide à l'allaitement (pour éviter que les tétines artificielles interfèrent avec l’allaitement).
  9. Les bébés prématurés doivent d'abord apprendre à boire au biberon avant de commencer à téter au sein. C'est faux! Les bébés prématurés sont moins perturbés par la tétée au sein que par le biberon. Un bébé ne pesant que 1200 g ou même moins peut être mis au sein dès que son état s'est stabilisé, même s'il ne prend pas le mamelon pendant plusieurs semaines. Ainsi il s'y habitue et il est tenu dans les bras ce qui est important pour son état de santé et celui de sa mère. En fait, le poids ou l'âge gestationnel importent peu. Ce qui est important c’est que le bébé démontre qu’il est prêt à téter, c'est à dire qu’il fait des mouvements de succion. Il n'y a pas plus de raisons de donner un biberon à un bébé prématuré qu'à un bébé né à terme. Quand il est vraiment nécessaire de donner des compléments il existe d'autres moyens que le biberon.
  10. Les bébés présentant une fente labiale et/ou palatine ne peuvent pas être allaités. C'est faux! Certains arrivent très bien à téter. Ceux qui n'ont qu'une fente labiale réussissent généralement bien. Mais plusieurs bébés avec une fente palatine n'arrivent pas à prendre le sein. Cependant si on n'essaie pas l'allaitement, ça ne marchera évidemment jamais. La capacité de ces bébés à téter ne dépend pas toujours de l’importance de la fente. Il faut essayer de commencer l'allaitement autant que possible selon les principes d'une bonne mise en route. Si l’on donne des biberons, ceux-ci interfèreront avec la capacité de téter au sein. Si le bébé n'arrive pas à prendre le sein, il vaudrait mieux le nourrir avec une tasse plutôt qu'avec un biberon. L’alimentation au doigt des bébés présentant une fente labiale/palatine peut parfois être efficace mais c’est inhabituel.
  11. Les femmes qui ont des petits seins produisent moins de lait que celles qui ont de gros seins. Absurde!
  12. L'allaitement n’offre aucune protection contraceptive. C'est faux! Ce n'est pas une méthode infaillible, mais aucune méthode ne l'est. En fait l'allaitement n'est pas une mauvaise méthode pour espacer les naissances, et permet d'obtenir une bonne protection surtout durant les six premiers mois qui suivent la naissance. Cette protection est presque aussi bonne que celle des contraceptifs oraux, si le bébé a moins de six mois, s’il est exclusivement allaité, et si la mère n'a pas encore eu le retour de ses règles. Au bout de six mois, la protection est moins grande, mais elle existe encore, et en moyenne les femmes qui allaitent encore durant la deuxième année de vie du bébé auront un bébé tous les deux ou trois ans même si elles n’ont recours à aucun moyen de contraception artificiel.
  13. Les femmes qui allaitent ne peuvent pas prendre de contraceptifs oraux. C'est faux! Le problème n'est pas l'exposition du bébé aux hormones féminines puisque de toute façon il en reçoit à travers l'allaitement. Le bébé en reçoit simplement un tout petit peu plus en cas de prise de la pilule. Cependant beaucoup de femmes qui prennent la pilule, même les progestatifs seuls, constatent une baisse de leur production lactée. Les contraceptifs oraux qui contiennent de l’œstrogène sont plus susceptibles d’entraîner une diminution de la production lactée. Étant donné que beaucoup de femmes produisent plus de lait que nécessaire, cela n'a souvent aucune conséquence, mais cela peut en avoir. Le bébé devient alors grognon et n'est pas satisfait de la tétée. Les bébés répondent au débit de lait qu'ils reçoivent, pas à la quantité « contenue » dans le sein. Et si tout à coup ce débit diminue, même si le sein produit toujours assez de lait pour nourrir l'enfant, cela suffit à le rendre grognon. L'arrêt de la pilule suffit souvent à remettre les choses en place. Dans la mesure du possible, les femmes qui allaitent devraient éviter de prendre la pilule, au moins jusqu'à ce que l'enfant commence à manger autre chose, généralement vers six mois. Même si l'enfant est plus grand, la production de lait peut diminuer de façon significative. Si la pilule doit être prise, choisir une pilule sans oestrogènes (uniquement à base de progestérone).
  14. Les bébés allaités ont besoin d'autres laits à partir de six mois. C'est faux! Le lait maternel donne au bébé tout ce que lui apporteraient d'autres laits, et plus. Les bébés de plus de six mois commencent à prendre des solides uniquement pour apprendre à manger et pour recevoir une autre source alimentaire de fer car vers 7 à 9 mois le lait maternel ne leur en apporte plus assez. Par conséquent, le lait de vache ou le lait artificiel ne sont pas nécessaires tant que le bébé est allaité. Cependant, si la maman désire donner du lait à son bébé après six mois, il n'y aucune raison qu'elle ne puisse pas lui donner du lait de vache, à condition qu'elle l'allaite encore quelques fois par jour et lui donne une alimentation variée, en quantité suffisamment importante. La plupart des bébés de plus de six mois qui n'ont jamais pris de lait artificiel jusqu'alors le refuseront à cause du goût.

>> En parler sur le forum bébé allaitement !