vendredi 7 mars 2008

Grands prematurés: un développement perturbé

Bébé: Grands prematurés 40% des grands prématurés présentent à l’âge de cinq ans des troubles moteurs, sensitifs ou cognitifs, révèle une enquête de l’INSERM. Et un tiers d’entre eux nécessitent une assistance médicale ou paramédicale. "Un tiers des grands prématurés requièrent toujours à 5 ans une prise en charge spécialisée", montre aussi l'étude "Epipage" de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale français (Inserm) publiée dans la revue médicale britannique The Lancet, datée de samedi. "Chaque semaine de grossesse en plus permet de réduire le risque de déficience", souligne auprès de l'AFP le Dr Béatrice Larroque (Inserm) qui a coordonné l'étude. En Europe, 1,1% à 1,6% des enfants nés vivants sont des grands prématurés, c'est-à-dire nés avant la fin du 7e mois de grossesse soit avant 33 semaines de grossesse révolues. En France, 10.000 grands prématurés naissent chaque année. On en dénombre "11.657 en Angleterre et Pays de Galles en 2005" et "80.000 aux Etats-Unis en 2004", relève l'Anglaise Mary Jane Platt (Liverpool) dans un éditorial de Lancet. "La légère augmentation du nombre de grands prématurés ces dernières années s'explique par divers facteurs : plus de grossesses multiples et de traitements de l'infertilité, des maternités plus tardives, sans oublier les progrès de la médecine qui ont entraîné une progression de la survie (85% des enfants vivants à la sortie de l'hôpital dans l'étude)", ajoute Mme Larroque. L'étude lancée en 1997, concerne -bilan de santé à l'âge de 5 ans à l'appui- 1.817 anciens grands prématurés et 396 enfants nés à terme, servant de groupe de comparaison. Selon l'étude, 42% des enfants nés entre 24 et 28 semaines de grossesse et 31% de ceux nés entre 29 et 32 semaines nécessitent une prise en charge spécialisée à 5 ans, contre 16% de ceux nés à terme. Au total, presque 40% de ces anciens grands prématurés présentent une déficience motrice, sensorielle ou intellectuelle (dite "cognitive"). Les taux de déficience sévère, modérée et légère sont respectivement de 5%, 9% et 25%. Parmi ces grands prématurés, 9% ont une paralysie cérébrale (infirmité motrice cérébrale provoquant des troubles moteurs): "un tiers de ces enfants ne marchent pas ou seulement avec une aide". "L'altération du développement intellectuel est particulièrement préoccupante", ajoute le Dr Larroque : 32% ont un score de capacités cognitives (équivalent au Q.I) inférieur à 85 (en dessous de la normale) et 12% un score inférieur à 70, équivalent au retard mental. "Entre l'ensemble des grands prématurés et les enfants nés à terme, la différence est 11 points (score de 93,7 contre 106 en moyenne)", relève le Dr Larroque. Mais si l'on considère les plus prématurés des grands prématurés (nés à 24-25 semaines), la différence est de 18 points (88 contre 106). Seulement 1% des enfants ont des déficiences visuelles sévères (vision inférieure à 3/10 aux deux yeux). Les taux de déficience sur le plan moteur, visuel et intellectuel, sont d'autant plus élevés que les enfants sont nés plus prématurément : 18% des enfants nés à 24-26 semaines de grossesse souffrent de paralysie cérébrale à 5 ans, contre 12% de ceux nés à 29 semaines et 4% de ceux nés à 32 semaines. Environ 5% des grands prématurés (contre 2% des nés à terme) n'ont pas achevé le test. Ce qui laisse penser que les difficultés intellectuelles des grands prématurés, source de problèmes d'apprentissage à l'école, peuvent être sous-estimées, dit-elle. "Prévenir les troubles d'apprentissage associés aux déficits cognitifs chez les grands prématurés représente un réel défi", estime-t-elle.