lundi 30 mars 2009

Le sang du cordon ombilical influence le développement des enfants

Echo 3D, bebe et son cordon ombilical Certaines substances polluantes présentes dans le sang du cordon ombilical influencent négativement, même en cas de faible concentration, le développement intellectuel et comportemental des enfants de 0 à 3 ans, selon les résultats d'une étude menée par le Steunpunt Milieu en Gezondheid, à la demande du gouvernement flamand. Le centre d'expertise de neurotoxicologie et de neuropsychologie du centre de soins psychiatrique de Geel (Openbaar Psychiatrisch Zorgcentrum, OPZ) a suivi, entre 2002 et 2007, 200 enfants jusqu'à leur troisième anniversaire. Peu après leur naissance, plusieurs substances provenant du sang de leur cordon ombilical ont été analysées. Substances nocives Les enfants qui présentent une forte concentration en plomb ont obtenu de plus faibles résultats à des tests de QI. Ils sont plus actifs que la moyenne et éprouvent des difficultés pour se concentrer ainsi que des problèmes sociaux et émotionnels. "Des études récentes menées dans d'autres pays ont également conduit à des résultats semblables". Les effets des PCB et de la dioxine ont également été étudiés. Les enfants présentant un taux de PCB important commencent à marcher plus tard et développent leur langage avec un certain retard. Ils expriment aussi moins vite leurs émotions. Ils sont plus passifs et obtiennent des résultats moindres aux tests de QI. Les résultats sont pratiquement identiques en cas de concentration trop élevée de pesticides dans le sang du cordon ombilical. Autres facteurs Toutes ces substances ont donc une influence négative sur le développement de jeunes enfants, même s'il est également influencé par des facteurs héréditaires, l'alimentation, la composition de la famille, etc. Les substances mesurées restent présentes longtemps dans l'environnement et dans le corps humain. La concentration en plomb a toutefois diminué au cours des dernières années, notamment grâce à l'utilisation d'essence sans plomb. Il en va de même pour la présence de PCB, interdit depuis longtemps. L'emploi des pesticides DDT est également interdit depuis 1974. (belga)

vendredi 27 mars 2009

Documentaire sur la maternité de la Pitié Salpêtrière

REPORTERS diffusée chaque lundi à 20h35 sur NT1. Ce Lundi 30 mars, ne manquez pas un documentaire exceptionnel de 52 minutes sur la maternité de la Pitié Salpêtrière dont voici le résumé :




Les équipes de Reporters ont passés plusieurs semaines en Immersion à la maternité de la Pitié Salpetrière, à Paris ou ont lieu 2300 accouchements par an. Colette est une sage femme qui s’occupe des grossesses à risque à la Pitié Salpêtrière.

Nous verrons comment elle suit le parcours de futures mamans prêtes à tout pour avoir un enfant, comme Ivana, 41 ans, qui est atteinte d’une maladie cardio-vasculaire et qui a décidé de défier les médecins et de tomber enceinte malgré les risques.

Nous suivrons également Catherine qui va mettre au monde son 3ème enfant et qui risque d’accoucher dans le taxi. Mais aussi des histoires malheureuses comme cette jeune femme qui doit accoucher de son bébé décédé in-utero à 38 semaines de grossesse.

mercredi 25 mars 2009

Quel nom de famille portera votre enfant ?

Nom de famille pour bébé, que choisir ? France - Depuis des siècles, c'était le nom du père qui était retenu mais les choses ont changé. Tout enfant peut recevoir soit le nom de sa mère, soit le nom de son père, soit les deux noms accolés dans l'ordre choisi par les parents... Quel nom de famille portera votre enfant ? La loi du 4 mars 2002 La loi du 18 juin 2003 relative à la dévolution du nom de famille a reporté au 1er janvier 2005 (au lieu du 1er septembre 2003) l'entrée en vigueur de la loi du 4 mars 2002 relative au nom de famille. Quel nom pour votre enfant ? Le choix du nom Depuis le 1er janvier 2005, tout enfant peut recevoir soit le nom de sa mère, soit le nom de son père, soit les deux noms accolés dans l'ordre choisi par les parents. Attention, le nom de famille ne doit comporter que deux noms. Lorsque l'un des parents ou les deux portent un double nom de famille, il faudra faire un choix : le nom du père, celui de la mère ou les deux noms accolés dans l'ordre choisi par eux dans la limite d'un nom de famille pour chacun d'eux. Cas des enfants nés depuis le 1er janvier 2005 Dans le cas de la naissance d'un premier enfant, le choix du nom de famille s'effectue par une déclaration écrite conjointe à l'officier de l'état civil. Ce choix ne peut être fait qu'une seule fois. C'est le nom que portera le 1er enfant qui déterminera le nom porté par les autres enfants communs du couple. Cas des enfants nés avant le 1er janvier 2005 Cette réforme ne sera applicable qu'aux enfants nés après le 1er janvier 2005. Cependant, les parents ont jusqu'au 30 juin 2006 pour demander à ce que leur enfant le plus âgé porte en seconde position le nom du parent qui n'a pas transmis le sien, lorsque l'enfant avait moins de treize ans au 1er septembre 2003. Ce nom sera alors attribué à tous les enfants du couple. Si l'aîné avait plus de treize ans au 1er septembre 2003 son consentement est nécessaire. Cas des enfants adoptés Dans le cas d'une adoption plénière (lorsque l'adoption entraîne la rupture avec la famille d'origine) postérieure au 1er janvier 2005, les règles énoncées ci dessus s'appliquent. L'enfant pourra porter soit le nom de sa mère, soit le nom de son père, soit les deux noms accolés dans l'ordre choisi par les parents. Si le jugement est intervenu antérieurement les mêmes règles transitoires que pour la filiation légitime ou naturelle s'appliquent. L'enfant de plus de 13 ans devra donner son consentement.. L'adoption simple (lorsqu'il n'y a pas de rupture du lien entre l'enfant et sa famille d'origine) quant à elle confère par principe le nom de l'adoptant à l'adopté en adjonction de son propre nom. Lorsque l'adoption est requise par un couple marié, ils doivent choisir entre le nom des deux époux celui qui sera transmis. En cas de désaccord c'est le premier nom du mari qui sera transmis. Décret n° 2004-1159 du 29 octobre 2004, J.O. du 31 Et vous quel nom de famille portera votre enfant? Réagir sur le forum bébé

mardi 24 mars 2009

Alcool et grossesse : malformations, troubles ..

La consommation d'alcool chez les femmes enceintes peut entraîner des malformations et des troubles du développement chez l'enfant à naître. Alors pourquoi tant de femmes se permettent-elles de boire de l'alcool, même très peu, pendant leur grossesse ?

Grossesse et alcool

Pour comprendre le comportement des femmes enceintes face à l'alcool, des discusions ont été analysées des discussions sur des forums Internet, auxquels ont participé une quarantaine de femmes, à différents stades de leur grossesse. L'objectif : recueillir leurs opinions, leurs connaissances concernant les effets de l'alcool sur le foetus et leurs propres comportements. La publication des résultats dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire débute par un rappel des risques : ' l'exposition prénatale à l'alcool peut être responsable d'un ensemble plus ou moins complet d'anomalies malformatives (…) et de troubles du développement chez l'enfant à naître, allant du syndrome d'alcoolisation fœtale à des effets plus subtiles '.


La recommandation ' zéro alcool ' pendant la grossesse n'est pas perçue comme absolue

La recommandation de l'abstinence totale pendant la grossesse (' zéro alcool ') divulguée par les politiques de santé publique est connue par 80% des femmes, mais reste assez mal comprise, excepté pour les femmes exerçant une profession médicale ou qui se déclarent abstinentes. En fait, la recommandation n'est pas assimilée comme totale. Les femmes l'adaptent en fonction de leurs propres intérêts en terme de plaisir et de bien-être. Par ailleurs, les femmes connaissent peu les conséquences de la consommation de l'alcool sur le bébé, et notamment le syndrome d'alcoolisation foetale.

Qu'est-ce qui peut influencer leur comportement ?

Globalement, les sources d'informations sont très diverses. Celles apportées par leur médecin et/ou gynécologue sont fréquemment perçues comme contradictoires. De plus, de peur d'être stigmatisées (image de la ' mauvaise mère ', sanction sociale comme le retrait de la garde d'enfant…), les femmes enceintes minimisent ou nient leur consommation d'alcool, qu'elles jugent anodine. En revanche, il ressort de cette analyse que les informations apportées par leur propre mère sont perçues comme les plus dignes de confiance. Et notamment, l'expérience positive de leur mère, comme indiqué dans leur propre récit de type : ' ma mère a continué à boire deux verres par jour durant sa grossesse et je suis normale '. Autrement dit, c'est bien en leur propre mère que les femmes ont le plus confiance et dont l'opinion a le plus de poids. Les politiques de prévention, qui ont récemment imposé l'apposition d'un logo sur les bouteilles d'alcool avertissant les femmes enceintes, devraient tenir compte de cette nouvelle donnée et pourquoi pas orienter leur campagne en direction des grands-mères maternelles… Source E-sante : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n°10-11, mars 2009.

vendredi 20 mars 2009

Alerte enlèvement pour une petite fille à Arles

Une alerte-enlèvement a été déclenchée


Aujourd'hui vers midi Elise âgée de trois ans et demi a été enlevée à Arles (13) par deux hommes et une femme qui ont agressé le père avec qui elle se promenait.

Les ravisseurs ont pris la fuite à bord d'un véhicule Renault Modus immatriculé 399 ABD 76 (couleur beige ou marron).

Elise mesure 97 cm, de corpulence normale, cheveux mi-longs, châtains clairs, a des yeux marrons.

Elle porte un pantalon de toile noire, des chaussures montantes, un gilet de laine gris et noir et une parka à capuche .

SI VOUS LOCALISEZ L'ENFANT OU LES SUSPECTS, N'INTERVENEZ PAS VOUS-MEME MAIS APPELEZ LA POLICE : 0805 200 200

ANDRE Elise

âgée de 3 ans et demi
Taille : 97cm
Corpulence : fine (12kg)
Cheveux : mi-longs (aux épaules)
châtains clairs
yeux : marron
Vêtue de :
- chaussures montantes cuir à scratchs bleues
- antalon de toile noir
- sweat gris
- gilet de laine gris et noir à fermeture éclair
- anorak noir à capuche

Susceptible de se trouver dans un véhicule Renault MODUS immatriculé 399 ABD 76 de couleur marron-beige

A été enlevée ce-jour à 11h50 sur la commune d'ARLES, par une femme accompagnée de deux hommes.

Le site Alerte enlevement du gouvernement

mercredi 18 mars 2009

Nouveaux Biberons AVENT garantis sans Bisphenol A

Biberon sans bisphenol A chez Philips AVENT Une nouvelle gamme de biberons vient d'être commercialisée par Philips AVENT, spécialement conçue pour reproduire l'allaitement au sein, et ainsi éviter les coliques. 

De plus, ces nouveaux biberons ne contiennent pas de bisphénol-A, soupçonné d'être à l'origine de problèmes sanitaires. Les nouveaux biberons de Philips AVENT ont la particularité de ne posséder qu'une valve, ce qui permet au bébé d'avaler moins d'air : le risque de colique s'en trouve réduit, par rapport aux biberons traditionnels.

De plus, cette valve permet l'écoulement du lait uniquement lorsque l'enfant tète : ce dernier contrôlant le débit et le rythme de la tétée, cela l'aiderait à acquérir de bonnes habitudes alimentaires.

Ces nouveaux biberons sont en polyéther sulfone (PES), silicone sans goût, ni odeur. Le PES reproduit la forme et les fonctions du sein maternel : le bébé tête naturellement et à son rythme. Cela favorise d'autant plus l'alternance entre l'allaitement au sein et au biberon.

De plus, le PES est un matériau sans bisphénol-A, une molécule chimique soupçonnée d'être à l'origine de troubles du développement chez le nourrison, ainsi que de troubles hormonaux augmentant le risque de stérilité et de cancers. Tous les accessoires de ces nouveaux produits sont interchangeables avec le reste de la gamme déjà existante de Philips AVENT. Ils sont faciles d'utilisation et d'entretien, grâce à leurs larges ouvertures, et sont en plastique incassable.

Ces biberons en PES sont disponibles en deux tailles : - 125 mL avec tétine à débit adapté pour les nouveaux-nés, avec un trou : 10 euros ; - 260 mL avec tétine à débit lent, avec deux trous : 11 euros.

Source : communiqué de presse Philips, mars 2009

mardi 10 mars 2009

Congé de maternité allongé en Europe

allongement du congé de maternité en Europe, cela profitera bien aux bébés et aux mamans Les ministres européens en charge de l'Emploi et de la Famille ont accueilli lundi plutôt favorablement le projet de la Commission européenne d'étendre le congé de maternité de 14 à 18 semaines en Europe. Au cours d'un premier débat préliminaire lundi à Bruxelles, une majorité claire d'Etats membres -dont la Belgique- a globalement soutenu les ambitions de la Commission, qui entend ainsi aligner l'Europe sur une recommandation de l'Organisation internationale du travail (OIT) émise en 2000 déjà. "Le gouvernement belge ne peut qu'appuyer le projet", a assuré lundi la ministre fédérale de l'Emploi, Joëlle Milquet, qui représentait la Belgique à la réunion ministérielle. "Bien sûr, il y aura des impacts financiers que nous devrons chacun apprécier", a-t-elle ajouté. Seuls Malte, l'Allemagne, l'Autriche, le Luxembourg et les Pays-Bas ont clairement manifesté leur hostilité au projet qui vise à permettre aux femmes mieux concilier vie professionnelle et familiale. "La directive actuelle prévoit un niveau de protection suffisant", a notamment jugé la ministre allemande de la Famille, Ursula von der Leyen. "L'important, ce n'est pas le congé de maternité, mais de trouver des solutions pour la garde des enfants", a-t-elle ajouté, arguant qu'un rallongement du congé de maternité risquait de fragiliser la place des femmes dans le monde du travail. Une crainte d'ailleurs partagée lundi par plusieurs pays favorables à une extension à 18 semaines du congé de maternité. "Le taux d'emploi des femmes en âge de maternité est déjà plus faible que celui des femmes qui ne sont pas mariées ou qui ne désirent pas d'enfant. Il faudra donc éviter de renforcer cette situation", a notamment plaidé Joëlle Milquet, évoquant la possibilité d'une introduction "progressive" de la législation amendée. Pour la Belgique, comme pour d'autres pays d'ailleurs, ce débat sur le congé de maternité devrait être mené parallèlement à celui sur le congé parental, afin notamment de permettre aux hommes d'assumer pleinement leur rôle de parent, et pas seulement cette tâche aux mères. Adoptée en 1992, la législation européenne actuelle sur le congé de maternité le fixe à 14 semaines minimum dans toute l'Europe, avec cependant de fortes disparités nationales. Il est ainsi de 14 semaines à Malte et en Allemagne, contre un an en Grande-Bretagne ou en Irlande, et près de deux ans en Suède, mais avec de grandes différences dans les niveaux des allocations versées aux jeunes mères. En Belgique, le congé de maternité est de 15 semaines et le montant de l'allocation payée par l'Inami est fixé à 82% du salaire non plafonné durant les 30 premiers jours, puis ramené à 75% du salaire plafonné. L'examen législatif de ce projet susceptible de redorer quelque peu le blason social de l'Europe n'en est toutefois encore qu'à ses prémices. Les ministres européens ne pourront en effet prendre formellement position sur ce dossier que lorsque le Parlement se sera prononcé en première lecture, ce qui n'a pas encore été fait. (belga)

Les biberons seront bientôt garantis sans bisphénol A

Les biberons AVENT sont garantis depuis mars 2009 sans BPA ! Faut-il interdire le bisphénol A (BPA), cette substance chimique utilisée pour la composition de certaines matières plastiques, notamment les biberons, ou encore les récipients pour micro-ondes, les revêtements de boîtes de conserve, de cannettes, etc. ? La toxicité éventuelle du BPA est depuis plusieurs mois au centre d'une vive controverse. Les six plus gros fabricants américains de biberons (Avent, Disney First Years, Gerber, Dr. Brown, Plaxtex et Evenflow) vont cesser de vendre, aux Etats-Unis, des produits avec du BPA, a annoncé jeudi 5 mars Richard Blumenthal, ministre de la justice de l'Etat du Connecticut. "Des indications scientifiques grandissantes montrent que même de faibles quantités de BPA sont néfastes aux systèmes reproductif, neurologique et immunitaire", écrit M. Blumenthal, qui souhaite "une interdiction totale de ce produit". Même mobilisation en France. Le tout nouveau Réseau environnement santé (RES), qui regroupe associations, ONG et scientifiques, demande aussi "l'interdiction du BPA dans les plastiques alimentaires". Selon le RES, il n'y a aucun doute sur la dangerosité de la substance, particulièrement pour les nouveau-nés, en raison de son caractère de perturbateur endocrinien. "Le BPA est suspecté dans les grands problèmes de santé : cancer du sein, de la prostate, diabète, obésité, atteinte de la reproduction, maladies cardio-vasculaires...", souligne André Cicollela, chercheur en santé environnementale et porte-parole du RES. Au nom du principe de précaution, le Canada est pour l'instant le seul pays à avoir interdit, en octobre 2008, les biberons avec BPA. Quelle est l'attitude des fabricants de biberons en France ? "Nous allons arrêter la production des biberons avec bisphénol A et proposer, d'ici quelques mois, des biberons en plastique sans BPA", a indiqué Jean-Paul Vulliermet, président de l'enseigne de puériculture Béaba, vendredi 6 mars. "Le doute est extrêmement faible mais cette polémique angoisse inutilement les mamans", poursuit M. Vulliermet. "Philips Avent a décidé de commercialiser une gamme en polyéthersulfone (PES), sans BPA", annonce de son côté Alexandre Telinge, directeur de la communication de Philips France. Dodie propose depuis trois ans une gamme de biberons sans BPA, en polypropylène, et des biberons en verre (environ 8 % du marché). Dans tous les cas, le fabricant recommande aux parents de ne pas utiliser de biberons abîmés ou vieillis, de préférer le lavage à la main au lave-vaisselle, et de ne pas surchauffer les biberons, en ne dépassant pas 30 secondes en cas d'utilisation d'un micro-ondes. Lorsqu'ils sont chauffés ou en contact avec des liquides chauds, les plastiques libéreraient 55 fois plus de BPA qu'à des températures normales. Tous les fabricants de biberons se fondent sur l'avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), publié le 24 octobre 2008, qui estime que les niveaux d'exposition des nourrissons au BPA sont inférieurs à la dose journalière tolérable (DJT) de 50 microgrammes par kilogramme de poids corporel. Si le BPA inquiète les associations et les scientifiques, tous ne sont pas d'accord sur les conséquences pour la santé. Les autorités françaises et européennes estiment que les doses présentes sont trop peu importantes pour représenter un danger, alors que le Canada a interdit en avril 2008 la commercialisation des biberons contenant la substance. Des études américaines ont en effet démontré que même à faibles doses, il y a des risques pour le cerveau, la prostate et les glandes mammaires. En France, plusieurs scientifiques ainsi que des ONG de défense de l'environnement et des associations de malades ont lancé fin février un "Réseau environnement santé" (RES), afin de peser dans le débat public. Leur première campagne dénonce le bisphénol A : pour eux, cette substance chimique exige l'application du principe de précaution. Selon le RES : "Le BPA agit comme un perturbateur endocrinien et est impliqué dans des affections aussi variées que les problèmes de reproduction, l'obésité, les cancers du sein et de la prostate, le diabète, les dysfonctionnements thyroïdiens et les problèmes d'attention chez les enfants. L'exposition en bas âge peut augmenter une prédisposition aux cancers en affectant la programmation génétique du développement des individus." Le RES corrobore la dernière étude du CRIIGE (Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique) menée en février 2009, qui considère lui aussi qu'il "paraît dangereux aujourd'hui pour la santé humaine de continuer à utiliser le BPA en particulier dans les emballages à contact alimentaire" et que "son utilisation dans l'industrie devrait être interdite". En 2008, un document rendu public par le Ministère Canadien de la santé soulignait "certaines inquiétudes quant à des effets sur le système nerveux et hormonal des fœtus, des nouveau-nés et des enfants avec les niveaux actuels du bisphénol A se retrouvant dans l’alimentation". En France, le BPA est présent dans neuf biberons sur dix ! Les Verts demandent l’interdiction immédiate de la commercialisation de biberons constitués de plastique contenant du bisphénol A (BPA), comme ce fut fait pour l’utilisation des phtalates dans les jouets et articles d’enfants. Combien de temps Roselyne Bachelot va-t-elle attendre avant de réagir ?

mercredi 4 mars 2009

Des bébés clonés et des bébés sur mesure !

Chosir la couleur des yeux de bébé, c'est possible ? Des bébés clonés ! Un gynécologue italien célèbre et controversé, Severino Antinori, a affirmé avoir cloné trois bébés, aujourd'hui âgés de 9 ans et vivant dans des pays d'Europe de l'Est, dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Oggi. "J'ai contribué à faire naître avec la technique du clonage humain trois enfants. Il s'agit de deux garçons et d'une fille qui ont aujourd'hui neuf ans. Ils sont nés sains et ils sont en excellente santé à l'heure actuelle", assure-t-il dans cette interview à paraître mercredi dont l'AFP a obtenu copie. Il y a cinq ans, le scientifique avait fait état de la naissance de trois enfants clonés dans le monde sans donner aucune précision ni dire qu'il était lui-même à l'origine de cette expérience supposée. Severino Antinori, surnommé l'"accoucheur des grand-mères", est devenu célèbre pour avoir permis à des femmes ménopausées d'avoir des enfants. "Le respect de la vie privée de ces familles m'interdit d'aller plus loin", ajoute-t-il, précisant que la méthode employée était "une amélioration de la technique utilisée par le généticien écossais Ian Wilmut qui a cloné la brebis Dolly". Sans apporter aucune preuve de ses dires, le docteur Antinori affirme avoir eu recours au clonage à partir de cellules des trois pères parce que ces derniers étaient stériles. Il assure avoir fécondé les ovocytes des femmes en laboratoire à travers une méthode appelée "transfert nucléaire". Au journaliste de l'hebdomadaire qui lui rappelait que le clonage était interdit par la loi en Italie, le docteur Antinori a préféré "parler de thérapies innovantes, de reprogrammation génétique" plutôt que de clonage. Le scientifique (né en 1945) est devenu mondialement célèbre en 1994 pour avoir permis à une Italienne de 63 ans de devenir mère. Il y a deux semaines, Severino Antinori a été de nouveau au centre d'une polémique en annonçant qu'il procèderait à la fécondation artificielle d'une femme dont le mari est dans un coma irréversible à la suite d'une tumeur au cerveau, ce qui serait une première en Italie si elle était menée à bien. Des bébés sur mesure ! Voulez-vous que votre bébé ait des yeux bleus? C'est l'une des questions qu'une clinique new-yorkaise spécialisée dans la fécondation in vitro sera à amenée poser quand elle commencera à proposer des bébés sur mesure aux futurs papas et mamans. Le Dr Jeff Steinberg, qui possède une clinique à Manhattan et une à Los Angeles, affirme qu'il sera en mesure d'ici six mois de faire choisir à ses clients la couleur des yeux, des cheveux et même la couleur de peau de leurs futurs bébés, selon le "New York Daily News". Steinberg, qui a contribué à la naissance du premier bébé-éprouvette, reconnaît toutefois que la technologie n'est pas parfaite à 100% et souligne que les meilleurs résultats sont obtenus avec des couples avec un ascendant scandinave dont, précise-t-il, le patrimoine génétique est moins dilué. Les opposants à cette technologie qui fustigent le concept-même de bébé sur mesure apparente cette technique à une quête de la race suprême. Et vous que pensez-vous de ces progrès ?!