mercredi 29 avril 2009

Bébé: Semaine des couches lavables !

Couche lavable, une belle économie ! L'idée d'une couche lavable à l'ancienne, sorte de carré de coton difficile à plier et à mettre vous donne déjà des migraines... Oubliez cette image archaïque ! La semaine internationale des couches lavables entend montrer que les couches lavables sont modernes, économiques et écologiques ! Saviez-vous que le troisième poste de dépense dans une famille qui vient d'avoir un bébé, ce sont les couches jetables ? Il faut en effet compter un budget moyen de 1590 euros par enfant de sa naissance à 2 ans et demi, pour 5500 couches. Les fabriquants de couches lavables mettent donc en avant un argument économique : de la naissance à la propreté, le coût de l'équipement en couches lavables s'élève à 500 euros. Une couche lavable classique s'utilise 250 fois en moyenne, ce qui veut dire qu'elle peut être utilisée par au moins 2 enfants d'une même famille. Deuxième argument Les couches lavables seraient plus écologiques. Deux ans d'utilisation de changes jetables représentent 1 tonne de déchets, dégradables en 200 à 500 ans seulement. Une couche lavable en tissu s'utilise, elle, pendant plusieurs années et peut servir de chiffon en fin de vie. Troisième argument Les couches lavables sont présentées comme étant plus douces pour la peau des bébés. De plus en plus de bébés font des réactions aux produits chimiques présents dans les couches jetables. Grâce aux changes en tissu certifiés bio ou Oko-Tex, la peau des enfants serait protégée de ces agressions. Le pourcentage de couches lavables est estimé à 15 % en Angleterre, 20 % aux Etats-Unis. En Allemagne, les couches lavables sont même la norme. En France, pour l'instant, seulement 3 à 4% des parents utilisent des couches lavables. Et vous , vous en utilisez ? Réagissez sur notre forum bébé Source : Dossier de presse, "Découvrez les couches lavables modernes", Made in La P'tite Prairie, Tots Bots, P'tits Dessous, 28 avril 2009 ; communiqué de presse Semaine de la couche lavable, service de communication Tosc'Anne, 28 avril 2009