jeudi 13 août 2009

Vers une interdiction du bisphénol A en France ?

Les sénateurs du groupe Rassemblement Démocratique et Social Européen (RDSE) ont déposé une proposition de loi visant à bannir le bisphénol A (BPA), une molécule supposée toxique et présente dans nos plastiques alimentaires, notamment ceux des biberons. Cette proposition de loi apparaît comme un nouvel épisode du débat sur la dangerosité du bisphénol A. Le bisphénol A est un produit chimique utilisé dans la fabrication de plastiques mais aussi de résines. On peut le retrouver dans de nombreux récipients alimentaires, notamment dans les biberons. Or de nombreux chercheurs ont établi que le BPA contenu dans le plastique alimentaire pouvait se libérer à des températures élevées (comme au four ou au micro-onde). Une fois libre, le BPA se retrouverait dans notre alimentation. D'un côté, certaines études ont en effet démontré que ce composé chimique pouvait agir comme un perturbateur endocrinien. Des hypothèses très sérieuses tendent à montrer que certains troubles de la santé pourraient être liés au BPA comme le cancer de la prostate ou le cancer du sein. Plus grave encore, le BPA aurait également des effets néfastes sur le développement du cerveau des foetus et des nouveau-nés par l'intermédiaire des biberons. Par mesure de précaution, le Canada a interdit en octobre 2008 le BPA dans ses plastiques alimentaires. Cinq grands industriels Nord américains ont fait de même tandis que plusieurs Etats américains ont imposé la suppression du bisphénol A dans la fabrication des biberons. Les Sénateurs français souhaiteraient suivre ces exemples. Leur proposition de loi déposée lundi 27 juillet vise à interdire "la fabrication, l'importation, l'offre, la détention en vue de la vente ou de la distribution à titre gratuit, la mise en vente, la vente ou la distribution à titre gratuit de plastiques alimentaires contenant du bisphénol A". Mais la dangerosité de ce composé n'est pas reconnue par tous. S'appuyant sur un rapport de l'Agence Française de Sécurité sanitaire dse aliments (Afssa), la Ministre de la santé Roselyne Bachelot avait déclaré en mars 2009 que "Le principe de précaution ne s'applique qu'en l'absence d'études fiables. Là, les études fiables existent et concluent en l'état actuel de la science à l'innocuité des biberons fabriqués avec ce composé chimique". Mais ce rapport est dénoncé par le réseau environnement-santé, qui estime que l'agence n'a pas respecté "les règles de bonne pratique en évaluation des risques". Du côté du gouvernement, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouannot s'est dit "tout à fait favorable à ce qu'on retire ces produits du marché". Son prédecesseur à ce poste, la jeune mère Nathalie Kosciusco-Morizet regrettait récemment dans Gala de ne pouvoir trouver facilement des "tire-lait garantis sans bisphénol A". Affaire à suivre... Source : Site du Sénat :Proposition de loi tendant à interdire le Bisphénol A dans les plastiques alimentaires, Y. Collin, JM Baylet, M. Charasse, F. Fortassin, F. Laborde, J. Mézard, J. Milhau, R. Tropenao et R.Vall, 27 juillet 2009