mardi 31 mai 2011

Une femme enceinte sur trois fume pendant sa grossesse ! Journée mondiale sans tabac.

Journée mondiale sans tabac: Grossesse et tabac, plus d'une femme enceinte sur 3 fume au début de leur grossesse ! 

Pour la première fois en France, une étude de la consommation de tabac de la femme enceinte a été menée via l’analyse des forums de discussion Internet dédiés à la grossesse. 

Au terme de huit mois de recueil d’informations, les premiers résultats sont sans appel : trop de femmes sous-estiment les dangers du tabagisme durant la grossesse. 36 % des femmes enceintes ont débuté une grossesse sans avoir arrêté le tabac. L’anonymat qu’offrent les forums grossesse permet à ces femmes de se livrer plus facilement sur ce sujet tabou. L’association DNF, soutenue par la Direction générale de la santé, fait le point sur un scandale sanitaire passé sous silence.

Le tabagisme provoque 60 000 morts par an et reste la première cause de cancer évitable. Malgré les messages de santé publique, la consommation de tabac continue d’augmenter chez les femmes, augurant une hausse de la mortalité par cancer dans les années à venir. Mais il n’y a pas que les maladies : les fumeuses ne sont pas des fumeurs, et l’on parle beaucoup moins de l’impact particulier du tabac sur leur santé et sur celle des enfants qu’elles mettent au monde.

Si l’opinion publique pense que la femme enceinte arrête instinctivement de fumer à l’annonce de sa grossesse, la situation dans les faits est toute autre puisque l’on estime que 36 % des françaises sont fumeuses au début de leur grossesse et que 22 % fument encore lors du dernier trimestre. Et 56% des femmes qui ont arrêté de fumer pendant la grossesse, reprennent après l’accouchement.

Le tabac est un facteur de risque important dans la grossesse. Outre les problèmes respiratoires (otites, bronchites) chez le jeune enfant, le tabagisme durant la grossesse peut entrainer la mort in utéro, des naissances prématurées ou encore certaines malformations. Beaucoup l’ignorent mais la consommation du tabac, même avant la conception d’un enfant, modifie l’ADN et favorise les ovulations de mauvaise qualité, entrainant une augmentation des fausses couches chez les fumeuses. Les polluants contenus dans la cigarette ont, par conséquent, un effet néfaste pour la maternité en prolongeant les délais de conception et en accélérant la ménopause.

Le tabagisme durant la grossesse est encore un sujet « tabou ». L’association DNF, avec le soutien du ministère de la santé, a mené une étude inédite consistant à répertorier les messages des femmes enceintes sur les forums Internet dédiés à la grossesse afin d’identifier les perceptions et les comportements des femmes enceintes face aux tabac. L’association a ainsi analysé et regroupé dans une base de données plus de 1500 messages de mamans, fumeuses ou pas, intervenant sur le sujet du tabac dans les forums de discussion. Parallèlement, en partenariat avec le site internet www.magicmaman.com, une enquête on-line a été menée du 11 au 30 avril 2011.

Selon l’analyse de l’observatoire des perceptions et des comportements de la femme enceinte face au tabac sur Internet, il est clairement établi que les futures mamans fumeuses sous-estiment majoritairement les dangers du tabac pour leur bébé. Si de manière globale elles considèrent que fumer est dangereux, elles ignorent –ou contestent– les vrais risques que fait peser le tabac sur le bon déroulement de leur grossesse et sur la santé de leur enfant.

Les forums de discussions grossesses comme le forum bébé de Lebebe.net sont des lieux d’échanges et de partage. Ils semblent permettre à la femme enceinte de mieux vivre sa grossesse et d’aborder toutes les questions que posent les bouleversements de la maternité. Ces discussions, parfois quotidiennes, renforcent le sentiment d’appartenance à une communauté et permettent, sous couvert de l’anonymat, de se livrer plus facilement. L’étude des nombreux messages démontre néanmoins que les femmes qui viennent sur le forum pour parler de l’arrêt du tabac, trouvent un véritable soutien de leurs « copinautes » qui les rassurent. Ces mamans fumeuses se retrouvent alors en « clan » et s’auto-persuadent par exemple qu’il suffit simplement de réduire la cigarette plutôt que d’arrêter de fumer complètement. Rares sont les femmes qui font appel aux avis médicaux, elles mettent en avant leur expérience, réfutant tous les arguments scientifiques qui démontrent la dangerosité du tabac. Chacune apporte alors une histoire vécue, et qui permet aux autres de se rassurer: une amie de la famille, une maman, une tante, une cousine qui fumait pendant la grossesse et dont les enfants sont en pleine santé. Ce qui était au début une demande d’aide pour arrêter de fumer devient un moyen de se déculpabiliser d’être encore fumeuse pendant la grossesse. Pourtant, ces mêmes femmes, manifestent dans les forums des sentiments de culpabilité (32%), d’angoisse ou de tristesse.

Les professionnels de santé insuffisamment impliqués

Même si le nombre de professionnels de santé prenant en charge le tabagisme de la femme enceinte a augmenté, il n’y a pas un poste dédié au sevrage tabagique pendant la grossesse dans chaque maternité de France. Ainsi, bien que certaines sages-femmes soient formées, elles ne peuvent pas assurer des consultations exclusivement dédiées au tabac. S’ajoute à cela la difficulté de suivre une femme enceinte dès le premier mois de sa grossesse puisque très souvent, les femmes dont la grossesse se poursuit normalement ne recourent aux services de la maternité que tardivement. Enfin, l’analyse des messages et les résultats de l’enquête on-line confirment que les médecins consultés dans le cadre de la grossesse ne savent pas prendre en charge le tabagisme et recommanderaient majoritairement à leur patiente de réduire leur consommation à quelques cigarettes, plutôt que d’arrêter. Cet avis médical n’est pas conforme aux recommandations de la conférence de consensus « Grossesse et tabac » de 2004.

La très grande majorité de ces femmes (plus de 80%) a tenté au moins une fois d’arrêter de fumer pendant la grossesse. Pourtant, un tiers ne savait pas vers qui se tourner. C’est ainsi que 80% des futures mamans ont entrepris une démarche de sevrage seules, sans aucune aide. Selon la micro-enquête réalisée avec magicmaman.com, elles ne seraient que 12 % à avoir abordé avec un spécialiste la problématique du tabac depuis leur début de grossesse. Les sondées ont toutes réduit leur consommation de tabac d’au moins la moitié de leur consommation habituelle pendant leur grossesse. Cependant, une réduction du tabac sans un accompagnement en vue d’arrêter a comme conséquence que ces cigarettes sont fumées de manière plus intense avec une inhalation des toxiques en plus grande quantité. Réduire sa consommation de tabac ne réduit pas les risques : il n’y a que l’arrêt qui présente des vrais bénéfices pour la mère comme pour l’enfant.

La première victime du tabagisme, avant même qu’il ne naisse, reste le bébé. Devant la sous-estimation des dangers, il est impératif que les pouvoirs publics se mobilisent à l’instar de ce qui a été fait pour la consommation d’alcool.

L’association DNF recommande ainsi une grande campagne de communication média et hors média à destination de ces femmes enceintes mais aussi des professionnels de santé, toutes spécialités confondues, afin qu’ils prennent conscience qu’il est indispensable d’apporter aux femmes enceintes un véritable accompagnement à l’arrêt du tabac. Il est impératif qu’un enseignement en tabacologie soit rendu obligatoire pour tous les professionnels de la périnatalité et que les femmes aient accès à une consultation dès le premier mois de grossesse.

En attendant le sursaut nécessaire à l’information des femmes enceintes sur la question du tabac au niveau national, DNF a mis en ligne le site www.grossessesanstabac.fr qui permet à la future maman, sur le ton amical des forums, de comprendre et de s’informer sur les véritables conséquences du tabac. En effet, les informations distillées sur les forums ne sont pas toujours opportunes. Ces femmes, qui font plus souvent appel à leur vécu qu’à des vraies connaissances pour argumenter leur position, véhiculent ainsi de nombreuses fausses idées. L’association a ainsi pu identifier et démentir 7 contre-vérités assez répandues sur les forums. Des témoignages démontrent que l’arrêt du tabac n’est pas insurmontable, le site propose également un annuaire des adresses utiles. Une annonce presse à l’attention des femmes enceintes sera également déployée dans les prochaines semaines.

Enfin, l’association va remettre le rapport « Grossesse sans tabac : observatoire des perceptions et des comportements de la femme enceinte face au tabac sur Internet » au ministère de la santé. Ce rapport rédigé avec la collaboration d’un comité scientifique composé de spécialistes du tabac et de la périnatalité a pour but de tirer la signal d’alarme et de faire réagir les pouvoir publics afin d’assurer aux femmes, et particulièrement à celles qui sont en difficulté socio-économique, une véritable aide pour surmonter leur dépendance et d’assurer aux bébés un début dans la vie sans tabac.

Le dossier de presse et le rapport grossesse sans tabac sont à consulter sur le site www.dnf.asso.fr

mardi 24 mai 2011

Le système Isofix obligatoire sécurise les sièges pour enfants

Siège "ISOFIX" Duo-plus pour VW
Photo: Ideas4cars.be
La législation européenne rend désormais obligatoire l'installation du système Isofix dans toutes les nouvelles voitures. Depuis cette année, celles-ci doivent posséder des fixations universelles Isofix à au moins deux places.

Ce système est constitué de deux points d'ancrage et d'un troisième appui au sol ou sur le dossier de la voiture.

"Ce système simplifie et sécurise considérablement l'installation des sièges pour enfants dans la voiture", constate un communiqué commun de Touring et de Test-Achats.

Les deux associations ont uni leurs efforts pour tester 47 sièges pour enfants.

Des collisions frontales et latérales ont été réalisées, avec des mannequins qui ont la taille, les caractéristiques biomécaniques et le poids d'un enfant.

"Les aspects importants de ce test sont la mesure dans laquelle la tête reste en place par la protection du siège et les forces qui sont exercées sur la tête, le thorax et le bassin", souligne le communiqué.

Dans une collision à 50 km/h, l'enfant pèse trente fois plus lourd que normalement. Ainsi, un enfant de 15 kilos pèsera, lors d'un accident, environ 500 kilos. Touring et Test-Achats rappellent dès lors qu'il est mieux d'avoir un siège moins bon que pas de siège du tout.

Pour la première fois, la présence de matières toxiques dans les matériaux utilisés dans les nouveaux modèles de sièges pour enfants a également été contrôlée. Les sièges vendus en Belgique, présentent peu de problèmes à cet égard.

Source: belga - 7sur7.be
En savoir plus : Comparatif Sièges auto bébé de parents testeurs